Livre blanc du Tritium

127 Origine, modes de gestion et évaluation de technologies de piégeage en vue de réduire les rejets Dans la première partie de séjour en réacteur, le phénomène de diffusion du tritium de l’oxyde vers la gaine est prépondérant par rapport au flux de production dans l’oxyde. Ce phénomène s’inverse aux alentours de 30 GWj/t du fait des mécanismes exposés précédemment. Ces résultats sont illustrés dans la figure 2 dans laquelle sont représentés deux comportements limites correspondant aux tendances minimales et maximales considérées par hypothèse pour la répartition du tritium entre l’oxyde et la gaine du combustible. Figure 2. Illustration de l’évolution théorique de la fraction de tritium dans l’oxyde en fonction du taux de combustion Une simulation du rejet en tritium liquide basée sur la capacité maximale de l’usine AREVA NC de La Hague (1700 t), le temps de refroidissement minimum requis (5 ans) et le taux de combustion moyen des combustibles EDF sur les années à venir (45 GWj/t) montre une incompatibilité avec la limite de rejet tritium liquide définie dans l’arrêté de rejet et de prélèvement d’eau du site du 10 janvier 2003 modifié. 1 4 Comportement du tritium lors du traitement du combustible usé dans l’usine AREVA NC de La Hague Le cheminement du tritium dans le procédé de traitement du combustible usé mis en œuvre dans l’usine AREVA NC de La Hague est lié à l’étape de cisaillage et de dissolution : • l’oxyde d’uranium est dissout dans un bain d’acide nitrique. La fraction de tritium présent dans l’oxyde est oxydée et se retrouve dans la solution de dissolution sous forme d’eau et d’acide nitrique tritiés. Le tritium présent sous cette forme suit les flux liquides et est donc rejeté en mer avec les effluents liquides dits « tritiés » (soit environ 99,5% du tritium présent dans l’oxyde), • une faible partie du tritium présent dans l’oxyde est rejetée sous forme gazeuse (environ 0,5%). Cette fraction correspond essentiellement à l’humidité présente dans les rejets gazeux mais également au dihydrogène accumulé dans les vases d’expansion des crayons de combustible, • le tritium présent sous forme d’hydrures dans la gaine reste piégé dans les coques qui sont séparées de la solution de dissolution puis compactées et entreposées.

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=