Livre blanc du Tritium & bilan des rejets de tritium pour les INB

119 Deuterium and Tritium: The fuel of ITER Safety principles and criteria for minimizing the consequences to the public and the environment from ITER operations are based on internationally recognized safety criteria and radiological limits following ICRP and IAEA recommendations, and in particular on the concept of ALARA and defense in depth. As the facility will be built in France, a specific adaptation of the design to the French regulations is being performed. ITER is an INB, a Basic Nuclear Installation, “Installation Nuclear de Base” in application of the French nuclear regulation. A Public Inquiry is expected to be conducted in 2010. The prevention of the release and dispersion of radiotoxic material, e. i. confinement of radioactive inventories, is the main safety function of ITER. The specific ITER inventories at risk are the tritium and the dust produced by plasma/wall interaction in the vacuum vessel. The activated corrosion products in the cooling system have to be addressed as well, mainly for operational radiological exposure. The second main safety function of ITER is the limitation of exposure to internal and ex- ternal ionizing radiations. To prevent any significant tritium releases, ITER will be the first tritium facility with full detritiation and tritium recycling capabilities. In nor- mal operation the releases will be optimized through the reduction of inventories on the systems on site, and as the result of an optimization approach in the design through high efficiency systems to recover the tritium for reusing it, as well as the optimization of the procedures of tritied fluxes during maintenance [1, 2]. So very low gaseous and liquid releases are expected in normal operation. During incidents and acci- dents the releases to the environment will be very low due to the same confinement systems put in place to protect first the workers and then the public and environment. The doses to the public in all the cases are very low giving less than 10µSv individual dose per year impacting on the nearest population for normal releases. 4 Conclusion ITER is the first fusion facility that is fully nuclear and takes advantage of the nuclear burn of tritium as fuel for the production of energy. It is therefore very important for ITER and for the future of fusion power plants, to demonstrate the attractive safety and environmental features of this new nuclear technology. REFERENCES 1-Manfred Glugla. “The detritiation systems at ITER”. White book sec- tion IV-2010. 2-Pierre Cortes and Lina Rodriguez-Rodrigo. “Optimisation de la ges- tion du tritium dans le projet ITER. SFRP-2009 Les principes de sûreté et les critères de minimisation des conséquences de l’exploitation d’ITER pour le public et pour l’environnement sont fondés sur des critères de sûreté reconnus au niveau international et sur des limites radiologiques conformes aux recommandations de la CIPR et de l’AIEA, et plus particulièrement sur le principe ALARA et le concept de défense en profondeur. La conception est en cours d’adaptation aux spécificités de la réglementation française car l’installation sera construite en France. ITER est donc une InstallationNucléaire de Base en application de la règlementation nucléaire française. Il est envisagé de tenir une Enquête Publique en 2010. La prévention des rejets et des dispersions de matières radiotoxiques, donc le confinement des inventaires radiologiques, est la principale fonction de sûreté d’ITER. Les inventaires à risque propres à ITER sont le tritium et la poussière produite par les interactions plasma/paroi dans l’enceinte à vide. Les produits de corrosion activés présents dans le système de refroidissement doivent également être pris en compte, principalement en termes d’exposition radio- logique lors de l’exploitation. La deuxième fonction de sûreté d’ITER est la limitation de l’exposition aux radiations ionisantes externes et internes. Pour prévenir tout rejet de tritiumsignificatif, ITER sera la première installation à consommer du tritiumpossédant des capacités de détritiation et de recyclage complètes. En exploitation les rejets seront optimisés par la réduction des inventaires in situ, par la conception de systèmes ayant une haute efficacité de collecte des effluents tritiés en vue d’une réutilisation ultérieure et par la mise en place de procédures de gestion des flux tritiés pendant les phases de maintenance [1,2]. De très faibles rejets liquides et gazeux sont donc attendus en fonctionnement normal. En situation incidentelles ou accidentelles les rejets à l’environnement seront très faibles grâce aux systèmes de confinement mis en place en premier lieu pour la protection des travailleurs mais également pour la protection du public. Les doses au public dans tous les cas de figures seront très faibles, conduisant à des valeurs individuelles annuelles inférieures à 10 µSv pour les populations les plus proches en conditions normales. 4 Conclusion ITER est la première installation de fusion entièrement nucléaire à utili- ser la réaction nucléaire du tritium comme combustible pour produire de l’énergie. Il est donc très important, tant pour ITER que pour l’avenir des centrales à fusion, de démontrer les bonnes caractéristiques envi- ronnementales et de sûreté de cette nouvelle technologie nucléaire. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1-Manfred Glugla. “Les systèmes de détritiation d’ITER”. Livre Blanc du Tritium-Section IV- 2010. 2- Pierre Cortes et Lina Rodriguez-Rodrigo. “Optimisation de la gestion du tritium dans le projet ITER. SFRP-2009

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=