Laboratoire de haute activité LECA‑STAR

Le Laboratoire d’examen des combustibles actifs (LECAINB 55) et la Station de traitement, d’assainissement et de reconditionnement (STAR), extension du LECA, constituent des outils d’expertise du CEA pour l’analyse des combustibles irradiés. Mis en service en 1964, le LECA permet au CEA de réaliser des examens destructifs et non destructifs sur des combustibles irradiés de la filière électronucléaire, de recherche et de la propulsion navale. L’installation étant ancienne, elle a été partiellement renforcée au début des années 2010 pour assurer sa tenue au séisme.

En bref

160

Lettres de suite d'inspection

6

Consultations du public

23

Avis d'incidents

45

Rêglementation

Le dossier d’orientation du prochain réexamen (DOR) périodique du LECA a été déposé par le CEA en janvier 2022. L’examen de ce dossier a conduit l’ASN à demander des éléments complémentaires, relatifs à l’examen de conformité et à la réévaluation de la maîtrise des risques et des inconvénients.

Dans le cadre de la poursuite d’exploitation du LECA, et conformément à la prescription technique fixée par la décision du 10 juillet 2020 relative à l’achèvement des travaux de renforcement du LECA pour garantir l’absence d’agression des cellules blindées par le bâtiment principal en cas de séisme, le CEA a transmis à l’ASN des demandes de modification en cours d’instruction.

Mise en service en 1999, l’installation STAR est une extension du laboratoire LECA, conçue pour la stabilisation et le reconditionnement des combustibles irradiés.

L’ASN est en cours de finalisation de l’instruction du rapport de réexamen de STAR remis en 2018.

Le CEA a déclaré en 2023 un événement significatif à la suite d’une chute de charge sur une porte coupe‑feu, située dans le secteur feu comprenant des cellules blindées de STAR. L’endommagement de la porte remettait en cause sa qualification coupe‑feu de deux heures. Cet événement a été examiné dans le cadre d’une inspection et a été classé au niveau 1 de l’échelle INES, essentiellement en raison d’une lacune de culture de sûreté dans le traitement de l’écart.

Date de la dernière mise à jour : 17/05/2024