Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux

Vue aérienne de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - © EDF/AeroFilm/M. Didier
Vue aérienne de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - © EDF/AeroFilm/M. Didier

Le site de la centrale est situé sur le territoire de la commune de St- Laurent Nouan sur le département du Loir et Cher en bordure de la rive gauche de la Loire. Il se trouve approximativement à mi-distance entre Orléans (à 32 km au nord-est) et Blois (à 24 km au sud-ouest).

Le site comporte 2 réacteurs du type REP d'une puissance de 900 MWe (palier CP2). Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base 100.

En bref

340

Lettres de suite d'inspection

12

Consultations du public

80

Avis d'incidents

159

Rêglementation

Vue aérienne de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - © EDF/AeroFilm/M. Didier
Vue aérienne de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - © EDF/AeroFilm/M. Didier

Avis d'incidents

80 avis d'incidents

Publié le 22/08/2016

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Irrégularités dans la fabrication d’équipements sous pression nucléaires AREVA Creusot Forge

Le 13 juin 2016, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté à caractère générique concernant des défauts d’assurance qualité sur des dossiers de fabrication de composants d’éléments importants pour la protection des intérêts mentionnés à l’article L. 593-1 du code de l’environnement de ses réacteurs électronucléaires.

Publié le 15/07/2016

Centrale nucléaire de Golfech Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Risque de défaillance d’éléments importants pour la protection en cas de séisme

Le 7 juillet 2016, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté concernant le risque de défaillance d’éléments importants pour la protection en cas de séisme, du fait de la défaillance possible d’autres matériels situés à proximité.

Publié le 18/11/2015

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Risque de perte du circuit de refroidissement intermédiaire en cas de séisme

Le 12 novembre 2015, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à la tenue du circuit de refroidissement intermédiaire (RRI) des réacteurs nucléaires de 900 MWe en cas de séisme.

Publié le 19/01/2015

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Anomalie générique : non tenue au séisme de certains robinets

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 09/10/2014

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Anomalie générique : non tenue au séisme de certains robinets

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 04/07/2014

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Sorties du domaine de fonctionnement autorisé du réacteur n°2

Le 22 juin 2014, alors que le réacteur n°2 de la centrale nucléaire deSaint-Laurent-des-Eaux était en production, la température du circuit primaire est descendue sous la valeur minimale autorisée par les spécifications techniques d’exploitation (STE), après en avoir dépassé la valeur maximale.

Publié le 30/06/2014

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Anomalie générique : non tenue au séisme de certains robinets.

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées 1 sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 19/06/2014

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Non tenue au séisme de certains robinets.

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 30/05/2014

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Risque de chute de protections biologiques sur des équipements importants pour la protection

Le 15 mai 2014, EDF a informé l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) du reclassement de l’évènement significatif déclaré le 24 juillet 2013 relatif aux écarts affectant certaines protections biologiques implantées à proximité d’équipements importants pour la protection des intérêts mentionnés à l’article L. 593-1 du code de l’environnement. Ces écarts remettent en cause la tenue mécanique des protections biologiques en cas de séisme.

Publié le 04/04/2014

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Risque d’indisponibilité du turbo-alternateur de secours

Le 28 mars 2014, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un écart mettant en cause la capacité du turboalternateur de secours (LLS) des réacteurs nucléaires de 900 MWe à assurer sa mission après 24 heures de fonctionnement.

Publié le 06/03/2014

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Non tenue au séisme de certains robinets (mise à jour du 06/03/2014)

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 04/02/2014

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Absence de remontage de cinq robinets de purge du circuit de réfrigération [...]

Le 23 septembre 2013, lors d’une inspection sur la thématique « agressions climatiques » à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux, l’Autorité de sûreté nucléaire a constaté, dans un local du bâtiment des auxiliaires nucléaires, la présence sur le sol d’un robinet non remonté sur le circuit de réfrigération des locaux électriques. Une demande sur l’origine de la présence de ce robinet a été formulée en lettre de suite par les inspecteurs.

Publié le 07/01/2014

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Non tenue au séisme de certains robinets (mise à jour du 07/01/2014)

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 13/08/2013

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Détection tardive d’une erreur de positionnement de grappes de commande

Le 20 juillet 2013, lors des opérations de redémarrage du réacteur B2 de la centrale de Saint-Laurent, l’exploitant a détecté qu’un groupe de grappes de commande n’était pas positionné conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE). Le réacteur avait été mis à l’arrêt depuis le 23 février 2013 pour procéder, dans le cadre d’une visite décennale, au rechargement en combustible et effectuer des opérations de maintenance.

Publié le 13/08/2013

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Détection tardive d’une erreur de positionnement de grappes de commande

Le 20 juillet 2013, lors des opérations de redémarrage du réacteur B2 de la centrale de Saint-Laurent, l’exploitant a détecté qu’un groupe de grappes de commande n’était pas positionné conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE). Le réacteur avait été mis à l’arrêt depuis le 23 février 2013 pour procéder, dans le cadre d’une visite décennale, au rechargement en combustible et effectuer des opérations de maintenance.