Livre blanc du Tritium

68 Le tritium dans l’environnement 5 2 2 Niveaux actuels et évolutions des activités volumiques de tritium dans les organismes marins - rapports OBT/HTO observés Évolution spatiale des activités volumiques de tritium dans les algues sur le littoral ouest. Une étude réalisée par l’IRSN (Masson, 2006) en 20012002 a permis de suivre les évolutions spatiales des activités volumiques maximales du tritium libre dans l’eau de mer et du tritium organiquement lié dans les algues le long des côtes françaises de laManche. Les résultats, portés sur la figure 5.8, montrent que par rapport au bruit de fond enregistré dans l’Atlantique (Concarneau), on détecte l’influence des rejets de tritium de l’usine de traitement des combustibles usés de La Hague en Manche, à partir du golfe normand breton. L’influence de l’usine est prépondérante le long des côtes du Nord-Cotentin avec des activités volumiques maximales atteignant une dizaine de Bq.L-1 d’eau de combustion dans les algues (OBT). A l’ouest du golfe normand breton, les activités volumiques de tritium organiquement lié sont proches des limites de détection (1,2 Bq.L-1). En Manche orientale et dans le détroit du Pas de Calais, les activités volumiques varient de 1,2 à 6,5 Bq.L-1. Figure 5.8 - Concentrations en tritium libre (HTO) et en tritium organiquement lié (OBT) mesurées dans l’eau de mer (Bq/L) et les algues (Bq/L eau de combustion) entre Concarneau et Gravelines au cours des années 2001-2002 (données IRSN). Figure 5.7 - Simulation de la dispersion du tritium rejeté par les installations nucléaires françaises et anglaises.

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=