Livre blanc du Tritium

53 Le tritium dans l’environnement Type / année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Rejets gazeux (TBq/an) 320 390 290 270 370 270 Rejets liquides (GqB/an) 24,1 25 15,9 17 18,5 23,0 3 2 7 Centre d’études de Saclay (CEA) Origine et activités rejetées (Tab. 3.8). Le centre d’études de Saclay abrite une centaine d’installations dédiées à la recherche et à l’enseignement. Neuf d’entre elles sont des INB, 53 sont des ICPE. Les rejets gazeux tritiés (16 TBq en 2008 soit 0,04 g en 2008) sont essentiellement imputables à un laboratoire de marquage de molécules organiques (ICPE). Le tritium présent dans les rejets liquides du centre est attribué au même laboratoire ainsi qu’à l’exploitation du réacteur ORPHEE (INB 101), dédié à la production de faisceaux de neutrons pour la recherche sur la matière condensée. Type / année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Rejets gazeux (TBq/an) 25 36 19 22 20,1 16,0 Rejets liquides (GqB/an) 53 41 33 48 43 30 3 2 8 Centre d’études de Cadarache (CEA) Origine et activités rejetées. Parmi les 50 installations du centre d’études de Cadarache, 19 sont des INB, 30 sont des ICPE et la dernière est une INBS. Les rejets tritiés dans l’atmosphère sont principalement dus au réacteur CABRI (INB 24), à la station de traitement des effluents et déchets (INB37) et à l’installation LECA-STAR (INB 55). Les activités de tritium rejetées par ce centre, dans les effluents gazeux ou les effluents liquides, sont faibles comparées à celles rejetées par les installations nucléaires précitées (Tab. 3.9). Type / année 2004 2005 2006 2007 2008 Rejets gazeux (TBq/an) 134 57 26,6 26,6 13,1 Rejets liquides (GqB/an) 36,3 41,5 36,7 53,4 24,2 3 2 9 Projet ITER L’installation ITER, dont la construction à côté du site de Cadarache a débuté en 2009, mettra en œuvre de grandes quantités de tritium, constituant élémentaire de la réaction de fusion. En phase d’exploitation (les premières expérimentations sont prévues en 2018-2020), les rejets gazeux de l’installation ITER seront filtrés et détritiés avant d’atteindre l’atmosphère. Les activités de tritium dans les rejets annuels gazeux sont estimées à environ 90 TBq (0,5 g). L’activité rejetée annuellement dans les effluents liquides, dont le traitement sera mutualisé avec ceux du centre de Cadarache, sera de l’ordre de quelques TBq (quelques mg). Tableau 3.7 - Bilans annuels des rejets de tritium du site CEA de Marcoule (rapport CEA/Marcoule, 2008) Tableau 3.8 - Bilans annuels des rejets en tritium du site CEA de Saclay (rapport CEA/Saclay, 2008) Tableau 3.9 - Bilans annuels des rejets de tritium du site CEA de Cadarache (rapport CEA/Cadarache, 2008)

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=