Livre blanc du Tritium

51 Le tritium dans l’environnement 3 2 4 Centre nucléaire de Valduc (CEA/DAM) Origine. Les activités du centre CEA/DAM de Valduc (Côte-d’Or), installation nucléaire de base classée secrète (INBS), concernent essentiellement la fabrication et le recyclage des composants des armes nucléaires de dissuasion françaises. Deux activités contribuent principalement aux rejets de tritium : • la fabrication de sous-ensembles nucléaires en tritium ainsi que les études et les développements associés ; • le traitement des déchets tritiés issus des procédés de fabrication et l’entreposage des eaux tritiées de basse activité. Dans cette installation, le tritium se trouve sous forme de composés divers, gazeux, liquides ou solides. Pendant les différentes opérations, il se produit des dégagements de tritium qui se retrouvent dans les systèmes de ventilation aboutissant aux 2 cheminées du bâtiment. Ces bâtiments sont équipés de systèmes de piégeage du tritium gazeux par oxydation catalytique (le tritium gazeux devient de l’eau tritiée) et par passage sur tamis moléculaires. Activités rejetées. L’activité de tritium rejeté est mesurée grâce à des barboteurs réfrigérés implantés dans 3 des 22 émissaires du site. Le tritium est rejeté principalement sous forme de vapeur d’eau (HTO), minoritairement sous forme de gaz (HT ou T2). Les effluents tritiés gazeux représentent la grande majorité des rejets radioactifs de ce site (Fig. 3.4). Alors qu’elle dépassait 2000 TBq/an dans les années 1980, l’activité de tritium rejetée annuellement par ce centre est aujourd’hui de l’ordre de 300 TBq /an (Fig. 3.4 et Tab. 3.5). Figure 3.4 - Évolution de l’activité du tritium dans les rejets d’effluents gazeux du centre CEA/DAM de Valduc et catégories de radionucléides présents (données CEA)

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=