La distribution d’iode

De la conception des centrales nucléaires à leur exploitation, tout est mis en œuvre pour prévenir un accident ; pour protéger la population, le devoir des pouvoirs publics est néanmoins d’anticiper une telle éventualité.

La distribution de comprimés d’iode stable

De la conception des centrales nucléaires à leur exploitation, tout est mis en œuvre pour prévenir un accident ; pour protéger la population, le devoir des pouvoirs publics est néanmoins d’anticiper une telle éventualité.

La prise d’iode stable (iodure de potassium), associée à la mise à l’abri, est un moyen de protéger efficacement la thyroïde contre les effets des rejets d’iode radioactif qui pourraient intervenir en cas d’accident nucléaire.

Les campagnes de distribution

En France, le gouvernement a décidé depuis 1997 d’organiser des distributions de comprimés d’iode pour les populations résidant autour des installations nucléaires concernées. Depuis 1997, la distribution d’iode a été renouvelée régulièrement en 2000, 2005, 2009 et 2016. La dernière campagne a lieu en 2019-2020.

Les comprimés sont distribués de façon préventive autour des installations présentant un risque d’émission d’iodes radioactifs (centrales nucléaires, réacteurs de recherche et certaines installations de la défense), dans un rayon de planification défini dans les plans ORSEC-PPI (rayon variant de 500 mètres à 20 km) ; cette distribution permet de répondre à des évènements à déroulement rapide.

Les zones situées autour des centrales nucléaires

Carte des installations nucléaires civiles concernées par la distribution de comprimés d'iode stable
Carte des installations nucléaires civiles concernées par la distribution de comprimés d'iode stable

Et au-delà ?

L’État a constitué des stocks et des circuits de distribution pour être en mesure de protéger la population se trouvant en dehors des périmètres définis autour des installations nucléaires. Il s’agit de couvrir les besoins de la population française en cas de risque d’exposition à l’iode radioactif.

La thyroïde, une glande essentielle

Schéma de la thyroïde chez l'être humain

La thyroïde est une petite glande (environ 5 cm chez l’adulte) située sur le devant du cou. La thyroïde fabrique des hormones qui jouent un rôle essentiel chez l’humain : croissance, développement intellectuel… Elle a un rôle particulièrement important chez l’enfant, et ce, dès la vie intra-utérine. Quel que soit l’âge, ces hormones contrôlent le fonctionnement de l’organisme. 

À quel moment prendre les comprimés d’iode ?

L’efficacité est optimale si la prise est réalisée dans les 2 heures avant le début des rejets d’iode radioactif ; elle est de 50 % si la prise est réalisée 6 heures après le début des rejets. Les comprimés doivent donc être pris immédiatement lorsque le préfet en donne la consigne et uniquement à ce moment-là.

Comment serait-on prévenu ?

Pour ordonner la prise d’un comprimé d’iode, les pouvoirs publics utilisent tous les moyens d’information :

  • les médias du service public (France Bleu, France 3, sites internet préfectoraux) : ils diffusent les consignes et donnent des informations sur l’évolution de la situation ;
  • les véhicules avec haut-parleur : ils sont utilisés pour transmettre les consignes au plus près du terrain.

Combien de comprimés dois-je prendre ?

Les comprimés d’iode peuvent être pris par tous. Ils sont en particulier recommandés pour les personnes dont la thyroïde est la plus sensible vis-à-vis du risque de contamination : femmes enceintes (fœtus), bébés, enfants et jeunes.

Posologie des comprimés d’iodure de potassium dosés à 65 mg :

  • À partir de 12 ans, adultes, y compris les femmes enceintes ➜ 2 comprimés d’iode
  • Enfant (de 3 à 12 ans)  ➜ 1 comprimé d’iode
  • Bébé (de 1 mois à 3 ans) ➜ un demi-comprimé d’iode
  • Nouveau-né  (jusqu’à 30 jours)  ➜ un quart de comprimé d’iode

Mode d’ingestion :

Les comprimés doivent être avalés ou dissous dans une boisson (eau, lait, jus de fruit). Ils sont quadri-sécables pour permettre un dosage adapté à tous les âges. Ils doivent être rangés dans un lieu accessible, conservés dans leur emballage d’origine, dans un endroit sec, hors de portée des enfants et ne dépassant pas 25°C.

Contre-indications :

Les contre-indications à l’iode sont rares. Cependant demandez conseil à votre médecin traitant dès maintenant si vous avez :

  • un antécédent ou une maladie thyroïdienne en cours (hyper ou hypo thyroïdie…)
  • une allergie connue à l’iode, même si cela est très rare.

La campagne de distribution 2019-2020

La sixième campagne de distribution de comprimés d’iode autour des centrales nucléaires EDF se déroule en 2019-2020. Elle concerne les habitants et les établissements recevant du public (ERP) : écoles, commerces, entreprises, administrations, etc. des communes situées dans le rayon de 10 à 20 kilomètres autour des 19 centrales nucléaires françaises, soit environ 2 200 000 personnes, 204 400 ERP dont 1 800 écoles, répartis sur près de 1 100 communes et 33 départements.

À cette occasion, il est nécessaire que les citoyens soient sensibilisés au risque nucléaire, à l’ensemble des actions de protection adaptées. L’atteinte de cet objectif passe notamment par une implication renforcée de l’exploitant, des pouvoirs publics et des parties prenantes (collectivités territoriales, professionnels de santé, etc.), et par une inscription de la communication dans la durée.

Cette campagne est organisée par le ministère de l’Intérieur  en collaboration avec les ministères de l’Éducation nationale et de la Santé, l’ASN, le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le Conseil national de l'Ordre des médecins, l’Association nationale des commissions locales d’information (Anccli) et EDF.

En savoir plus

 Retrouvez tous les renseignements concernant la campagne d'iode sur le site dédié

www.distribution-iode.com

Les autres actions de protection

  

En cas d’accident nucléaire, il existe des moyens complémentaires de se protéger :

  • La mise à l’abri est une action immédiatement applicable, notamment pour les accidents à déroulement rapide. Elle vise à atténuer l’effet des rayonnements par l’interposition de la structure en dur des bâtiments, et le risque de contamination interne et externe due aux particules et aux gaz par le maintien des personnes dans des locaux clos et peu ventilés.
  • L’évacuation vise à soustraire dans les meilleurs délais la population aux risques liés à des rejets importants et longs, si possible avant que le rejet ne débute, ou tant qu’il est de faible intensité.
  • Et le cas échéant, des interdictions de produire et de consommer certaines denrées (eau, lait, produits frais) pour éviter les risques de contamination.
6 réflexes pour bien en cas d'alerte nucléaire
6 réflexes pour bien en cas d'alerte nucléaire

Documents d’information

Vous êtes un relais local d’information (président de Commission locale d’information, élu, membre d’une association, professionnel de santé…) ? Vous pouvez utiliser ces documents et participer à l’information de vos concitoyens.
Si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires, prenez contact avec l’Autorité de sûreté nucléaire .

Voir tous les documents d’information