Radiologie interventionnelle : la division de Paris organise son tout premier séminaire

Publié le 28/02/2012 à 13:20

Information régionale

Radioprotection du patient au cours de coronarographies et angioplasties coronaires : impact de la formation des opérateurs – Centre Chirurgical Marie Lannelongue

Organisé le 7 février 2012, ce séminaire a réuni plus de 120 participants : personnes compétentes en radioprotection (PCR), radiophysiciens, praticiens... Soixante-quatre établissements de santé réalisant des actes de radiologie interventionnelle étaient ainsi représentés, ainsi que l’inspection du travail et les agences régionales de santé (ARS) d’Ile-de-France et des départements d’Outre-mer.

Au-delà de la présentation du bilan des inspections réalisées entre 2006 et 2011 et des évènements significatifs de radioprotection déclarés à l’ASN, le séminaire portait sur la radioprotection des travailleurs et des patients au cours d’actes interventionnels.

Professionnels de différents établissements de santé et experts de l'IRSN ont présenté les documents disponibles en pièces attachées de cette brève.

En matière de radioprotection des travailleurs, Laurent Donadille (IRSN), rapporteur du groupe de travail européen ORAMED, a présenté les recommandations de ce groupe de travail. Jean-Julien Lallemand, PCR à l’Hôpital Saint-Louis (Paris), a ensuite partagé son expérience de terrain et témoigné de ses difficultés pour impliquer les professionnels du bloc opératoire dans la démarche de radioprotection.

En matière de radioprotection des patients , Jean-Luc Rehel (IRSN) a présenté des exemples d’optimisation des doses mise en place dans des services de radiologie interventionnelle et a confirmé la possibilité et l’intérêt de déterminer des niveaux de référence pour certaines procédures interventionnelles.

Christophe Caussin, cardiologue au Centre Chirurgical Marie Lannelongue (Le Plessis-Robinson) a montré comment, au sein de son service, l’amélioration des installations et la formation des praticiens a permis d’abaisser les doses délivrées au patient.

Enfin, Cécile Salvat, radiophysicienne à l’Hôpital Lariboisière (Paris) a présenté la mise en place de niveaux d’alertes pour certains actes interventionnels au sein de son établissement .

La qualité des interventions a été soulignée par l’ensemble des participants et a permis des échanges fournis et concrets entre les professionnels.

Pour en savoir plus

Date de la dernière mise à jour : 25/05/2022