Rejets de fluide frigorigène

Publié le 06/01/2010

Centrale nucléaire de Fessenheim Réacteurs de 900 MWe en attente de démantèlement - EDF

Le 28 décembre 2009, une perte de 280 kg de fluide frigorigène de type hydrofluorocarbure (HFC) a été détectée sur un compresseur du système DCC.

Les fluides type HFC sont des gaz à effet de serre. Tous industriels confondus, les émissions pour la France en 2007 s’élevaient à 500 tonnes de HFC[1].

Le système DCC est constitué du circuit de production et de distribution d’eau glacée de l’installation nucléaire, qui fonctionne à l’instar d’un climatiseur. Il permet notamment d’abaisser efficacement la température du bâtiment des auxiliaires nucléaires et du bâtiment réacteur.

Le rejet de HFC est consécutif à la défaillance des dispositifs de sécurité d’un compresseur du système DCC sollicités suite à la baisse du débit de refroidissement du circuit d’eau brute survenue le 27 décembre 2009 (voir avis d’incident).

A la suite de l’inspection inopinée du 29 décembre 2009, l’ASN a demandé à l’exploitant d’expertiser le compresseur concerné et de s’assurer que le deuxième compresseur du système DCC ne subira pas une défaillance similaire (voir lettre de suite).

En raison du dépassement de la limite de 20 kg fixée par le décret n°2007-737 du 7 mai 2007 pour les émissions ponctuelles de fluides frigorigènes, cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire par l’exploitant.

Cet événement ne concernant pas la sûreté de l’installation, ni la radioprotection, n’est pas classé sur l’échelle INES.

[1] Source : http://www.pollutionsindustrielles.ecologie.gouv.fr/IREP/index.php

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Événement hors échelle