Réalisation d’un essai d’un pont de l’atelier R2 dans des conditions de sûreté inappropriées

Publié le 25/10/2018

Usine de traitement d'éléments combustibles irradiés provenant des réacteurs nucléaires à eau ordinaire (UP2-800) Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Le 17 octobre 2018, ORANO Cycle a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de l’une des dispositions prévues pour la réalisation d’un essai réglementaire du pont de manutention 3094-104 de l’atelier R2[1].

Cet atelier comporte des ponts de manutention, qui doivent être contrôlés par des essais réglementaires annuels. Ces essais consistent à vérifier, en présence d’un organisme de contrôle, le bon fonctionnement du système de freinage à la charge maximale utile (CMU) du pont contrôlé, ainsi que son système limiteur de charge, qui empêche de lever une charge excédant 110 % de la CMU.

Le 2 octobre 2018, les intervenants extérieurs en charge de la réalisation des essais réglementaires devaient contrôler un pont de manutention qui était condamné. Pour ce faire, ils ont demandé à l’exploitant la clé de décondamnation du pont. Une fois l’essai réalisé, les intervenants extérieurs ont décidé de réaliser l’essai réglementaire du pont 3094-104, qui était également condamné, cela sans en informer l’exploitant. La clé pour les organes de condamnation étant commune aux ponts de manutention au sein de l’atelier R2, les intervenants extérieurs ont procédé à l’essai, mais sans s’assurer du respect d’une des deux conditions de la consigne d’utilisation de ce pont, qui porte sur la limitation de l’activité radioactive contenue dans la cuve 3110-13 de produits de fission située en dessous de la zone d’essai du pont. Comme l’atelier R2 était en fonctionnement normal, la cuve 3110-13 était exploitée en régime nominal, sans limitation particulière de volume de solutions.

Le 15 octobre 2018, l’exploitant a fait un point sur la préparation de l’essai réglementaire du pont 3094-104, à effectuer avant le 17 octobre. Il a réalisé qu’il avait déjà été mené avec succès. Il a alors vérifié les conditions dans lesquelles cet essai avait été pratiqué et a identifié le non-respect d’une des deux consignes préalables à la réalisation de l’essai.

Cet événement n’a pas eu d’incidence sur le personnel, ni sur l’environnement. Cependant, en raison du non-respect de consignes d’exploitation, celui-ci a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

[1] L’atelier R2 assure pour l’usine UP2-800, l’extraction du plutonium et de l’uranium, ainsi que la concentration des produits de fission contenus dans les assemblages de combustibles traités par les usines en fonctionnement de La Hague.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie