Réacteur n°2 Non-respect de la conduite à tenir à la suite d'un dépassement de critère requis sur une pompe d'alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur

Publié le 17/06/2005

Centrale nucléaire de Fessenheim Réacteurs de 900 MWe en attente de démantèlement - EDF

Le 17 mai 2005, alors que le réacteur 2 était en fonctionnement, l'analyse de l'essai périodique réalisé sur une pompe d'alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur a permis de mettre en évidence le non-respect d'un critère requis sur cette pompe. La conduite à tenir associée à cet écart n'a pas été respectée par l'exploitant.

Le circuit d'alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur fournit l'eau nécessaire à l'évacuation de la puissance du réacteur en cas de défaillance partielle ou totale du système d'alimentation normale. Il est composé de deux motopompes et d'une turbopompe indépendantes. La turbopompe est entraînée par une petite turbine actionnée par de la vapeur prélevée sur les générateurs de vapeur. En cas de perte des alimentations électriques, la turbopompe est en mesure d'assurer à elle seule l'alimentation en eau des trois générateurs de vapeur.

Le 27 mars 2005, l'essai réalisé sur la turbopompe de ce circuit a tout d'abord été déclaré satisfaisant par l'exploitant.

Le 17 mai 2005, l'Autorité de sûreté nucléaire et son appui technique l'IRSN ont demandé à l'exploitant de mener une analyse complémentaire prenant en compte les incertitudes de mesures. Ce calcul ultérieur a montré un dépassement du critère requis de déséquilibre maximal entre les débits des lignes reliant les générateurs de vapeur et la turbopompe.

Cet écart impose de déclarer la turbopompe indisponible. En application des spécifications techniques d'exploitations, l'exploitant aurait dû retrouver la disponibilité de cette pompe sous 24 heures ou, dans le cas contraire, procéder à l'arrêt du réacteur.

Le dépassement du critère d'essai requis ayant été identifié avec retard, et les délais de mise à l'arrêt n'ayant pas été respectés, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie