Réacteur n°2 Non-prise en compte d'une alarme de surveillance de la radioactivité

Publié le 31/07/2002

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le mercredi 31 juillet 2002, alors que le réacteur était à l'arrêt pour maintenance et complètement déchargé, une des balises de détection de la radioactivité atmosphérique du bâtiment réacteur a généré une alarme en salle de commande, correspondant à l'atteinte du seuil d'évacuation de 700Bq/m3. L'opérateur en salle de commande n'a pas pris en compte cette alarme et n'a pas enclenché le klaxon d'évacuation du bâtiment réacteur.

Lorsque l'absence de prise en compte de l'alarme a été détectée, les conditions radiologiques à l'intérieur du bâtiment réacteur ont été analysées. Il n'était alors plus nécessaire de procéder à l'évacuation du personnel.

Le déclenchement de l'alarme est dû à une bouffée de gaz radioactif (iode 131) probablement emprisonnée dans les tuyauteries et organes de robinetteries sur lesquelles des travaux étaient en cours.

Le site de Cruas a pris la décision de faire contrôler médicalement les personnes qui se trouvaient dans le bâtiment réacteur dans la journée. Les contaminations en iode 131 détectées sont de l'ordre du millième de la limite annuelle d'incorporation.

Une analyse de type facteur humain est en cours pour déterminer les raisons de la non-prise en compte de l'alarme par l'opérateur.

Cette événement significatif pour la sûreté et la radioprotection n'a eu de conséquence ni sur l'environnement, ni sur la santé des travailleurs ou du public. En raison du non-respect de la conduite à tenir en présence d'une alarme, il a été classé au niveau 0 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 0

Écart