Réacteur n° 2 Erreur de manutention pendant le déchargement du réacteur n° 2

Publié le 12/06/2008

Centrale nucléaire de Golfech Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 28 juin 2004, lors du déchargement du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Golfech, une erreur de manutention a conduit à poser un assemblage de combustible sur un autre assemblage, au niveau du panier de transfert entre le bâtiment du réacteur et le bâtiment voisin d’entreposage des assemblages de combustible.

Le combustible des centrales nucléaires est contenu dans des barreaux métalliques regroupés en assemblages. Le coeur du réacteur de Golfech est composé de 193 assemblages. Lors des arrêts pour maintenance et rechargement, ces assemblages sont sortis un par un de la cuve pour être entreposés dans la piscine du bâtiment combustible.

La procédure de déchargement met en oeuvre un « panier de transfert » qui reçoit un assemblage de combustible, l’emmène vers la piscine d’entreposage, puis retourne vide vers le bâtiment réacteur pour une nouvelle séquence. Le panier ne peut contenir qu’un seul assemblage à la fois. Deux équipes participent aux opérations de manutention, l’une dans le bâtiment réacteur, l’autre dans le bâtiment combustible.

Le 28 juin 2004, les opérateurs du bâtiment réacteur ont tenté d’introduire un assemblage de combustible dans le panier de transfert alors que celui-ci contenait encore l’assemblage précédent qui n’avait pas été transféré. Deux assemblages ont donc été superposés. Les deux inspecteurs de l’ASN présents sur le site le 29 juin se sont rendus dans les bâtiments réacteur et combustible pour recueillir les premiers éléments d’information sur le dysfonctionnement. Ils ont interrogé l’équipe de déchargement à l’origine de l’événement.

En première analyse, il ressort un manque de rigueur et des insuffisances dans l’application des procédures de déchargement.

Les systèmes de protection mécanique de la machine de déchargement ont permis de limiter les efforts exercés entre les deux assemblages de combustible, qui n’ont pas été endommagés. L’incident n’a eu aucune conséquence sur la santé des travailleurs, ni sur l’environnement. Toutefois les procédures de déchargement n’ont pas été respectées et elles ne prennent pas suffisamment en compte les évènements similaires déjà survenus sur d’autres centrales EDF.

Compte tenu de ces défauts et sur proposition du directeur du CNPE, l’autorité de sûreté nucléaire a classé cet incident au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie