Réacteur n°1 Non remise en conformité d'une pompe de sauvegarde après un test

Publié le 23/05/2005

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 23 février 2005 une pompe d'appoint en eau du circuit de refroidissement du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Chooz B, alors en arrêt pour rechargement, a été découverte indisponible.

Le coeur d'un réacteur nucléaire est refroidi de manière continue par de l'eau circulant en circuit fermé. Le maintien de la quantité d'eau nécessaire au refroidissement du réacteur, et le filtrage de cette eau, sont assurés par un circuit dit de contrôle chimique et volumétrique.

Ce circuit participe à l'appoint en eau et intervient dans la compensation des pertes en cas de rupture hypothétique du circuit de refroidissement. La pompe qui a été découverte indisponible fait partie de ce circuit.

L'état du réacteur, alors en arrêt pour intervention, imposait la disponibilité de cette pompe. Néanmoins, la fonction qu'elle assure normalement aurait pu, en cas de nécessité, être assurée par d'autres matériels.

Un relais de protection contre les surcharges, déréglé à l'occasion d'essais, n'avait pas été remis dans sa configuration normale, interdisant ainsi le démarrage du moteur de la pompe. Le mode opératoire prévoit une vérification, associée à un plombage des réglages, à la fin de l'essai de chaque cellule électrique de commande de moteur. Ceci avait été différé par les intervenants pour pouvoir interchanger les relais d'une cellule de commande à l'autre par facilité d'intervention. Cette pratique est inadaptée et ne fait l'objet d'aucun formalisme.

Le non-respect du mode opératoire ajouté à une pratique inadaptée sont le signe d'un défaut dans la culture sûreté. Cela constitue un facteur aggravant pour cet incident. Il a donc été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie