Réacteur n° 1 Arrêt automatique du réacteur à la suite d'une intervention de dépannage sur le disjoncteur de couplage

Publié le 16/01/2002

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 07 janvier 2002, une intervention de dépannage sur le dispositif de raccordement du réacteur au réseau électrique a entraîné son arrêt automatique.

Le raccordement du réacteur au réseau électrique lui permet d'une part d'évacuer l'énergie produite et d'autre part d'être alimenté par le biais d'un transformateur de soutirage. En cas de perte d'alimentation du transformateur de soutirage, un transformateur auxiliaire prend le relais pour alimenter les équipements importants pour la sûreté du réacteur.

Le 07 janvier 2002, à la suite d'un échec lors du couplage de la tranche au réseau, une intervention est programmée sur le disjoncteur de couplage. Différents services interviennent dans la préparation de l'intervention et l'analyse de risque préalable au dépannage. L'analyse produite n'identifie pas la totalité des risques, ce qui conduit, lors de l'opération, à la perte d'alimentation du transformateur de soutirage, au basculement vers le transformateur auxiliaire et à la perte des pompes primaires. Cette perte a pour conséquence l'arrêt automatique du réacteur puis le démarrage de l'injection de sécurité.

Au terme de l'analyse conduite par l'exploitant et afin d'examiner plus amplement les circonstances de l'événement, l'Autorité de sûreté nucléaire a provoqué une réunion sur le site le 4 juillet. Cette analyse met en évidence une évaluation incomplète des enjeux de sûreté par les personnes chargées d'identifier les risques : les objectifs de l'intervention ne sont pas clairs pour ces acteurs. L'incident reflète également un manque de coordination des tâches visant à faire le lien entre les différentes informations et analyses ainsi qu'une répartition inadéquate des rôles. Enfin, il a été observé des écarts dans le processus d'assurance qualité ainsi qu'une accumulation d'erreurs humaines.

En conséquence, l'Autorité de sûreté a reclassé l'incident au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES pour lacune dans la culture de sûreté.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie