Réacteur 3 Non-respect des règles générales d'exploitation

Publié le 04/06/2004

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 30 mai, les opérations de rechargement en combustible dans le réacteur ont débuté alors que l'isolement d'un des quatre générateurs de vapeur du réacteur n°3 n'était pas établi, contrairement aux règles générales d'exploitation.

Le générateur de vapeur permet à l'eau du circuit primaire portée à haute température dans le coeur du réacteur de transformer, par échange thermique, l'eau du circuit secondaire en vapeur afin d'alimenter la turbine. Lors du rechargement en combustible, les règles générales d'exploitation imposent d'isoler le circuit secondaire de chaque générateur de vapeur afin d'éviter, en cas d'accident, tout relâchement de matière radioactive hors du bâtiment du réacteur. Cet isolement est obtenu par la fermeture de vannes situées entre les générateurs de vapeur et la turbine.

Le 28 mai, en vue du rechargement, les opérateurs procèdent à la fermeture des vannes des circuits secondaires des quatre générateurs de vapeur afin de les isoler. Des travaux de maintenance en cours sur l'une de ces vannes conduisent les opérateurs à fermer une autre vanne située immédiatement en aval sur l'un de ces circuits. Les intervenants n'identifient pas que cette dernière vanne peut être contournée par une portion de circuit non isolable. L'isolement de ce générateur de vapeur n'est alors pas effectif.

Les 29 et 30 mai, les différents contrôles prévus afin de s'assurer de l'intégrité des circuits avant le rechargement du réacteur n'ont pas permis de détecter cet écart. Le 31 mai, alors que le rechargement a déjà débuté depuis la veille, l'absence d'isolement du circuit secondaire du générateur de vapeur est détectée lors des actions de surveillance des activités en salle de commande. Les actions sont immédiatement engagées pour rétablir l'isolement du circuit secondaire du générateur de vapeur incriminé.

Cet événement n'a eu aucune conséquence sur la santé des travailleurs, ni sur l'environnement. Toutefois, en raison du non-respect des règles générales d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

 

 

 

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie