Réacteur 3 Indisponibilité d'une voie du système d'injection de sécurité du réacteur

Publié le 13/12/2004

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 octobre 2004, un essai périodique a été réalisé afin de mesurer le niveau d'eau présent dans le puisard de la voie A du système d'injection de sécurité. L'exploitant n'a pas identifié que le niveau était insuffisant. Par conséquence, aucun appoint en eau n'a été effectué afin de rester conforme aux règles d'exploitation.

Le circuit d'injection de sécurité du réacteur (RIS) permet notamment, en cas d'accident, par exemple une fuite importante du circuit primaire du réacteur, d'assurer une recirculation d'eau borée dans ce circuit afin d'étouffer la réaction nucléaire et d'assurer le refroidissement du coeur et ce jusqu'à ce que le refroidissement soit complet. Le circuit RIS est constitué de deux voies (A et B) redondantes.

Dans les règles d'exploitation, il est demandé que les deux voies du système RIS soient disponibles lorsque le réacteur fonctionne à pleine puissance.

Le 30 novembre 2004, à l'occasion d'une analyse de l'évolution des niveaux des puisards RIS, l'exploitant a relevé que le niveau d'eau dans le puisard de la voie A était insuffisant depuis le 7 octobre 2004. Cet écart est dû à une erreur de calcul et à une insuffisance de contrôle lors de la validation de l'essai périodique.

En conséquence, l'efficacité du système d'injection de sécurité aurait pu être réduite si un accident était survenu entre le 7 octobre et le 30 novembre 2004.

Cet incident n'a cependant pas eu de conséquences réelles sur le fonctionnement de l'installation.

En raison du non-respect des règles d'exploitation et de l'indisponibilité partielle du système d'injection de sécurité, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie