Réacteur 2 Indisponibilité de deux circuits de sauvegarde par mise hors service anticipée de matériels

Publié le 05/10/2000

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 5 octobre 2000, la mise hors service prématurée de certains matériels a rendu indisponible l'une des deux voies de recirculation sur puisard du système d'injection de sécurité et le système d'aspersion de l'enceinte, respectivement pendant 12h30 et 3h56.

L'injection de sécurité et l'aspersion de l'enceinte sont des circuits de sauvegarde utilisés conjointement en cas d'accident, par exemple une fuite importante du circuit primaire du réacteur. Le circuit d'injection de sécurité permet d'introduire de l'eau borée dans le circuit primaire afin d'étouffer la réaction nucléaire et de refroidir le combustible. Le circuit d'eau d'aspersion de l'enceinte pulvérise de l'eau contenant de la soude afin de réduire, puis de maintenir la pression et la température dans l'enceinte à des valeurs acceptables pour sa tenue. En phase de recirculation, l'eau injectée dans le coeur et aspergée dans l'enceinte est récupérée dans des puisards situés en partie basse du bâtiment réacteur.

L'incident est dû à une erreur des intervenants qui ont procédé prématurément à la fermeture de deux vannes du système d'injection de sécurité et à la mise hors tension des deux pompes du système d'aspersion de l'enceinte, en vue d'une prochaine intervention sur un clapet présentant un défaut d'étanchéité. La mise hors service volontaire de ces matériels est survenue alors que le réacteur était en phase de baisse de puissance, dans un état où les systèmes de sauvegarde concernés étaient toujours requis en application des spécifications techniques d'exploitation.

Une inspection inopinée a été réalisée par la DRIRE afin d'examiner précisément les causes et les conséquences de cet incident.

Initialement, seule l'indisponibilité d'une des deux voies du système d'injection de sécurité avait été détectée et l'incident avait été classé au niveau 0.

Or l'analyse détaillée menée par l'exploitant a montré que le système d'aspersion de l'enceinte était également resté inopérant pendant près de 4 heures. En conséquence, cet incident a fait l'objet d'un reclassement au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie