Réacteur 2 File d'extraction d'air sur piège à iode indisponible alors que le rechargement combustible est en cours.

Publié le 28/08/2003

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 9 juillet 2003, alors que le rechargement du combustible était en cours sur le réacteur n° 2 du CNPE du Blayais, il a été détecté que le système d'extraction d'air sur pièges à iode (ETY) du bâtiment réacteur était indisponible.

Le système ETY est le circuit de surveillance atmosphérique du bâtiment réacteur qui est, notamment pour sa fonction de ventilation de secours sur pièges à iode, utilisé pour éviter la contamination des personnels en cas d'accident de manutention du combustible pendant la phase d'évacuation. Un accident de manutention du combustible entraîne la mise hors service du circuit de ventilation normale du bâtiment réacteur. C'est le système ETY qui prend alors le relais.

Le 8 juillet à 18h38, l'alarme "défaut piège à iode" de la ventilation du bâtiment combustible apparaît pour un critère d'humidité très élevée. En application de la conduite à tenir, l'opérateur met en service l'extraction sur piège à iode, ce qui entraîne l'arrêt automatique de la ventilation normale du bâtiment combustible. Un ordre de fermeture est également envoyé automatiquement vers la fonction de ventilation de secours sur piège à iode du système ETY.

A 18h53, l'alarme DVK disparaît. L'opérateur en salle de commande procède alors à la remise en configuration normale de la ventilation du bâtiment combustible. A ce moment l'opérateur n'a pas conscience de la fermeture du système ETY et aucune alarme ne l'en informe.

A 19h00, les opérations de manutention du combustible sont reprises.

Le 9 juillet à 3h00 du matin, les opérations de manutention du combustible sont interrompues du fait d'un aléa sur le basculeur de la machine de transfert du bâtiment combustible.

A 7h32, l'écart est détecté au synoptique du circuit ETY par l'opérateur en salle de commande, qui procède alors à la remise en configuration de la ventilation de secours du bâtiment réacteur.

Ainsi, le combustible a été manipulé pendant huit heures avec la fonction de ventilation de secours sur pièges à iode du bâtiment réacteur indisponible.

En raison de l'impact sur la sûreté du confinement du réacteur et d'un défaut de surveillance de l'équipe de quart de nuit qui n'a pas détecté l'écart, l'Autorité de Sûreté Nucléaire a décidé, sur proposition du directeur de la centrale, de reclasser cet événement au niveau 1 de l' échelle INES pour lacune dans la culture de sûreté.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie