Réacteur 1 Défaillance d'un système de commande et de surveillance du réacteur.

Publié le 13/08/2003

Centrale nucléaire de Flamanville Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 17 juin, alors que le réacteur 1 fonctionnait en puissance, une action de maintenance a causé la perte d'un tableau d'alimentation électrique, et par voie de conséquence la défaillance d'un système de commande et de surveillance du réacteur.

Les systèmes de commande et de surveillance du réacteur fournissent aux agents de conduite en salle de commande une partie des informations relatives à l'état du réacteur et transmettent des ordres vers des matériels importants pour la sûreté.

Le 17 juin, une action de maintenance sur un redresseur a conduit à solliciter les protections d'un tableau électrique situé en aval de ce redresseur en le mettant « hors tension ». Ce tableau électrique alimente un des systèmes de commande et de surveillance du réacteur. Il en est résulté qu'une partie de la signalisation en salle de commande n'était plus opérationnelle et que certaines actions ne pouvaient plus être directement opérées par les agents depuis la salle de commande. Néanmoins, les systèmes de protection du réacteur sont restés pleinement opérationnels durant l'événement.

L'analyse menée par EDF a permis d'identifier qu'une carte électronique non conforme avait été mise en place lors d'une intervention précédente sur le tableau électrique concerné. Une carte conforme aurait permis d'éviter la perte de ce tableau et d'alerter les opérateurs de la salle de commande sur un défaut de son alimentation. Après vérifications, il s'avère que d'autres tableaux électriques du site sont également affectés par cet écart. Une remise en conformité de ces matériels sera réalisée lors des prochains arrêts pour maintenance des réacteurs.

Cette analyse a également mis en évidence que les documents opératoires de maintenance du site avaient été modifiés de façon inappropriée lors d'une intervention précédente. Ces modifications avaient supprimé l'action de contrôle qui aurait permis d'identifier l'inadéquation des cartes électroniques mises en oeuvre.

En raison de la modification inappropriée d'un document opératoire, cet événement est finalement classé au niveau 1 de l'échelle INES, bien qu'il n'ait pas eu de conséquence sur la santé des travailleurs ou la sûreté de l'installation.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie