Réacteur 1 Apport en eau inapproprié dans le circuit primaire du réacteur 1

Publié le 13/05/2004

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Dans la nuit du 25 au 26 avril 2004, alors que le réacteur 1 était à l'arrêt, les prescriptions des spécifications techniques (STE) relatives à la concentration en bore du circuit primaire n'ont pas été respectées à deux reprises.

Le bore est un corps ayant la propriété d'absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire. La concentration en bore de l'eau du circuit primaire est un des éléments qui permet de contrôler la réaction nucléaire. A l'arrêt, des quantités supplémentaires de bore sont introduites dans le circuit primaire afin de prévenir toute possibilité de redémarrage intempestif de la réaction nucléaire.

Le 25 avril au soir, afin de conditionner le circuit de refroidissement du réacteur à l'arrêt (RRA) avant sa mise en service, l'équipe de conduite du réacteur choisit de balayer ce circuit avec de l'eau claire alors que les STE requièrent de le faire avec de l'eau dont la concentration en bore est supérieure à celle prescrite pour l'arrêt du réacteur. Après correction de cet écart détecté 2 heures plus tard, les opérateurs de conduite ont omis de condamner strictement tout appoint en eau dans le circuit primaire à une concentration inférieure à 2000 ppm quand la réserve d'eau borée a atteint la limite basse fixée par les spécifications techniques d'exploitation.

L'Autorité de sûreté a conduit une inspection réactive sur cet incident le 5 mai 2004. Les inspecteurs ont vérifié que la concentration en bore du circuit primaire a toujours été supérieure à la concentration en bore requise en arrêt à froid et qu'en conséquence, la marge d'anti-réactivité disponible vis à vis d'une éventuelle reprise de la réaction nucléaire était suffisante. Il ressort en revanche que les différentes lignes de défense de l'exploitant pour assurer le respect des STE ont été défaillantes.

En raison de la succession d'erreurs et du défaut de culture de sûreté observés dans la gestion de cet événement, l'Autorité de sûreté nucléaire a décidé, sur proposition du CNPE du Blayais, de classer cet événement au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie