Passage en état de repli à la suite de la défaillance d’une électrovanne

Publié le 28/11/2011

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 6 novembre 2011, lors d’essais périodiques menés alors que le réacteur n° 3 de la centrale nucléaire du Tricastin était en arrêt normal avec refroidissement par l’intermédiaire des générateurs de vapeur (GV), l’exploitant a constaté qu’une des trois pompes d’alimentation de secours en eau des GV ne démarrait pas. Ce non démarrage est dû à la défaillance d’une électrovanne qui ne s’est pas ouverte.

Le circuit d’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur (circuit ASG) fournit à ces derniers, en cas de défaillance de l’alimentation principale, l’eau nécessaire au refroidissement du réacteur. Il est également utilisé lors des phases de démarrage et d’arrêt du réacteur.

D’après les règles générales d’exploitation, le non démarrage d’une des pompes de ce circuit oblige alors l’exploitant à baisser la pression et la température du circuit primaire sous huit heures pour rejoindre un état de repli du réacteur. Cette situation relève d’une déclaration d’événement significatif pour la sûreté.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation. En raison du dépassement de 25 minutes du délai de baisse de la pression et de la température vis-à-vis des exigences fixées par les règles d’exploitation, cet événement a néanmoins été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie