Non-respect du maintien de l'intégrité de la troisième barrière en phase de déchargement du combustible

Publié le 20/11/2008

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Dans la matinée du 16 septembre 2008, alors que le réacteur était à l'arrêt en phase de déchargement du combustible, une vanne contribuant à l'intégrité de la troisième barrière est restée ouverte pendant six heures, en contradiction avec les règles générales d'exploitation.

L'enceinte de confinement est un bâtiment en béton à l'intérieur duquel se trouvent la cuve, le coeur du réacteur, les générateurs de vapeur et le pressuriseur. Elle constitue la troisième des trois barrières entre les produits radioactifs contenus dans le coeur du réacteur et l'environnement (la première barrière étant la gaine du combustible, la deuxième étant le circuit primaire).

La troisième barrière est destinée, en cas d'accident, à retenir les produits radioactifs qui seraient libérés lors d'une rupture du circuit primaire (en exploitation) ou de la première  barrière (en phase de manutention de combustible). De nombreuses canalisations traversent cette enceinte. Des vannes situées de part et d'autre de la paroi de béton permettent d'obturer chacune des canalisations lorsque les spécifications techniques, les procédures de conduite ou la situation exigent l'étanchéité complète de l'enceinte.

Le 16 septembre, les opérateurs en salle de commande se sont rendus compte que l'une d'entre elles n'était pas fermée alors que des manutentions du combustible étaient en cours. De ce fait, l'intégrité de l'enceinte de confinement s'est trouvée dégradée pendant six heures, alors que les règles de conduite imposent, dans une telle situation, l'arrêt des manutentions de combustible sous une heure. Les opérateurs sont alors intervenus pour fermer cette vanne.

Une analyse des causes précises de l'événement est en cours. Celui-ci n'a eu aucune conséquence réelle sur l'intégrité de l'enceinte, car un clapet anti-retour jouait le rôle de second organe d'isolement . De plus, aucune anomalie n'est survenue pendant le déchargement.

En raison du non-respect de la conduite à tenir imposée par les spécifications techniques d'exploitation, cet événement à été classé au niveau 1 de l'échelle INES qui en comporte 7.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie