Non-respect des spécifications techniques d’exploitation

Publié le 28/09/2016

Centrale nucléaire de Saint-Alban Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 23 septembre 2016, l'exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à une détection tardive de l’indisponibilité du système assurant la mesure du débit de fuite entre la partie primaire et la partie secondaire des générateurs de vapeur du réacteur 2.

Sur les réacteurs à eau sous pression exploités par EDF, la chaleur produite par le combustible nucléaire est évacuée par l’eau du circuit primaire et transmise à l’eau du circuit secondaire par l’intermédiaire d’un échangeur thermique appelé générateur de vapeur. L’eau de la partie primaire étant directement en contact avec le combustible nucléaire, elle est potentiellement contaminée par des radionucléides. La partie secondaire achemine la vapeur produite hors du bâtiment réacteur vers la salle des machines où se trouve la turbine : elle doit donc rester exempte de toute contamination radioactive. Aussi, un système mesure la radioactivité en différents points du circuit secondaire afin de détecter l’apparition de fuites entre les circuits primaire et secondaire.

Le 21 septembre 2016, à la suite de la réalisation d’essais périodiques, l’exploitant a constaté que quatre chaînes de mesure de la radioactivité du réacteur 2 présentent des défauts de réglage depuis le 4 septembre 2016. 

D’autres chaînes de mesure disposées en d’autres points des circuits auraient permis de détecter une fuite entre les circuits primaire et secondaire. Toutefois, dans le cas d’une fuite entre la partie primaire et la partie secondaire des générateurs de vapeur, la mise en place de la procédure incidentelle appropriée aurait pu être retardée du fait de l’apparition plus tardive des autres alarmes.

Dès détection de l’écart, le réglage des quatre chaînes de mesure a immédiatement été repris et corrigé.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

Compte tenu de la détection tardive de ce défaut de réglage, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie