Non-respect des règles générales d'exploitation relatives à la prévention du risque de criticité

Publié le 05/01/2001

Usine de traitement d'éléments combustibles irradiés provenant des réacteurs nucléaires à eau ordinaire (UP3-A) Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Le 5 janvier 2001, dans l'atelier BST1 d'entreposage du plutonium, au cours d'une opération de mise en étui de conteneurs de poudre d'oxyde de plutonium, le dysfonctionnement d'un dispositif pneumatique de préhension des conteneurs a conduit à la présence simultanée de trois conteneurs dans la boîte à gants 125.4 alors que les règles générales d'exploitation prévoient un transfert unitaire de ces conteneurs.

L'entreposage du plutonium est la dernière étape du traitement des combustibles usés. Le plutonium, préalablement séparé de l'uranium et des produits de fission et conditionné en petits conteneurs de poudre d'oxyde de plutonium, est entreposé dans des étuis métalliques avant expédition. Afin de prévenir les risques de criticité dans la boîte à gants 125.4 de mise en étui des conteneurs, les règles générales d'exploitation prévoient un transfert mécanique unitaire des conteneurs de plutonium depuis les équipements amont jusque dans les étuis.

En l'occurrence, le dysfonctionnement du dispositif de préhension pneumatique des conteneurs a conduit à la présence simultanée de trois conteneurs, quantité inférieure à la quantité critique mais non conforme aux règles générales d'exploitation. Le blocage mécanique du dispositif de préhension a provoqué un signal électronique de temps trop long d'exécution et alerté les opérateurs. Après consultation et analyse de l'ingénieur spécialiste en criticité, les opérateurs ont pu reprendre les conteneurs et les placer dans les étuis prévus à cet effet. L'industriel étudie les mesures préventives à mettre en oeuvre pour éviter le renouvellement de ce dysfonctionnement et renforcer le contrôle visuel de ces opérations.

Cet incident n'a eu de conséquences ni sur l'environnement ni sur la santé des travailleurs ou du public. Néanmoins, en raison d'un non-respect des règles générales d'exploitation relatives à la prévention du risque de criticité, il a été classé par l'Autorité de sûreté nucléaire au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie