Non respect des règles d’exploitation

Publié le 04/05/2009

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 13 avril 2009, alors que le réacteur n°1 était en phase de première remontée en puissance suite à son arrêt pour visite partielle n°10, les agents de la centrale de Chooz ont constaté un dépassement de la vitesse maximale autorisée de 2 % de puissance nucléaire par minute. La vitesse maximale atteinte était de l’ordre de 2,8 % de puissance nucléaire par minute.

La puissance du cœur du réacteur après un rechargement de combustible ne doit pas être augmentée trop rapidement afin de ne pas dégrader les gaines des crayons combustibles qui constituent la première barrière de confinement du réacteur.

Le 13 avril 2009, les agents de la centrale de Chooz ont réalisé un essai périodique consistant à vérifier la manœuvrabilité de certaines vannes. Cet essai provoque des variations de puissance liées aux fluctuations de débits et de pression vapeur générées lors des manœuvres des vannes. A l’issue de cet essai, les agents ont constaté des variations de puissance nucléaire au-delà des valeurs autorisées par les spécifications techniques d’exploitation. Un événement identique avait eu lieu sur le réacteur n°2 lors de son arrêt pour simple renouvellement de combustible n°8, en 2007.

Cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté de l’installation et aucun rejet dans l’environnement n’a eu lieu. Toutefois, en raison de la non prise en compte du retour d’expérience d’un événement similaire sur la centrale en 2007, l’exploitant a classé cet événement au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie