Non respect des règles d'exploitation

Publié le 30/09/2008

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le système de filtration qui, en cas d'un hypothétique accident, permettrait d'isoler la salle de commande du réacteur d'un risque de contamination par de l'iode radioactif n'a pas fonctionné convenablement.

Le 24 septembre 2008, dans le cadre de l'exploitation normale du réacteur, la salle de commande a sollicité le basculement de sa ventilation vers les filtres à iode. Il s'avère qu'un registre (organe d'isolement) de la ventilation normale ne s'est pas totalement fermé nécessitant une action manuelle pour obtenir une fermeture totale.

En fonctionnement normal ces filtres à iode ne sont pas sollicités, sauf lors des essais périodiques ou lorsque que l'exploitation du réacteur le nécessite. En cas d'un hypothétique accident, ils filtreraient l'atmosphère de la salle de commande afin d'éviter toute pollution de celle-ci par de l'iode radioactif. Lorsque cette fonction est activée, il est impératif que la ventilation normale soit totalement isolée afin que l'ensemble de l'air ventilé traverse les filtres à iode.

Conformément aux règles d'exploitation, l'exploitant a sollicité l'utilisation de la filtration iode de l'air la salle de commande à la suite d'une indisponibilité temporaire d'un appareil mesurant la radioactivité. Le registre de ventilation qui permet d'isoler la ventilation normale ne s'est pas complètement fermé ; il n'était pas dans une configuration permettant une fermeture automatique. Le défaut a été immédiatement corrigé. L'origine précise de ce défaut reste encore à déterminer. Des investigations ont montré que son apparition était antérieure au 9 septembre 2008, alors que le délai de réparation du système permettant de filtrer l'iode est de trois jours seulement.

Cet événement n'a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté de l'installation. Un second système de filtration de l'iode était correctement positionné, celui-ci pouvant à lui seul assurer le conditionnement de la salle de commande. Cela étant, en cas d'accident et de défaillance de ce second système la salle de commande du réacteur aurait potentiellement pu être contaminé par l'iode radioactif en cas d'un hypothétique accident.

Cet événement a conduit au non respect du délai de réparation d'un matériel important pour la sûreté. L'ASN a donc décidé de classer cet évènement au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie