Non-respect de la prescription technique relative à l'efficacité d'un piège à iode

Publié le 01/04/2008

Osiris-Isis Réacteurs de recherche - CEA

Le 20 mars 2008, le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) a procédé à un test réglementaire sur le réacteur OSIRIS* (INB 40). Ce test consistait à vérifier l'efficacité d'un piège à iode du circuit de rejet après décroissance des effluents gazeux radioactifs issus des expériences réalisées au sein du réacteur. L'efficacité mesurée lors de ce test s'est révélée être inférieure à la limite fixée par les prescriptions techniques de cette installation.

Ce piège à iode permet de fixer l'iode radioactif contenu dans ces effluents gazeux pour éviter son rejet dans l'environnement. Il s'agit d'un élément constitutif de la 3ème barrière de défense qui sépare la matière radioactive de l'environnement.

L'efficacité mesurée lors du test du 20 mars 2008 était de 46 pour une efficacité minimale requise de 1000 (une efficacité de 1000 correspond à une division par un facteur d'au moins 1000 de la quantité d'iode susceptible d'être rejetée). De ce fait, en cas par exemple de rupture de gaine d'un crayon combustible dans un dispositif expérimental et de rejet immédiat  des effluents gazeux, la quantité d'iode radioactif rejetée dans l'environnement aurait été significativement plus élevée que celle précisée dans la démonstration de sûreté de l'installation.

Dans l'attente du remplacement du piège à iode incriminé et d'un nouveau test, la configuration du circuit de rejet a été modifiée. Les effluents gazeux sont ainsi dirigés vers un autre filtre, dont l'efficacité a été mesurée conforme aux prescriptions techniques lors du dernier test annuel.

Compte tenu du non-respect d'une prescription technique réglementaire et de la dégradation de la défense en profondeur qui en résulte, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

* Le réacteur OSIRIS est un réacteur expérimental de type piscine, situé sur le centre CEA de Saclay. D'une puissance de 70 mégawatts thermiques, il a divergé pour la première fois en 1966. Sa principale vocation est d'irradier des éléments combustibles et des matériaux de structure des centrales électronucléaires, dans le but d'étudier leur résistance aux rayonnements. Il sert également à produire des radio-éléments artificiels à usage médical.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie