Non-respect de la conduite associée à un cumul de plus de cinq indisponibilités de groupe 2

Publié le 14/11/2014

Centrale nucléaire de Saint-Alban Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 6 novembre 2014, l'exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir associée au cumul de plus de cinq évènements de groupe 2 affectant des systèmes élémentaires du réacteur 1.

Sur les réacteurs nucléaires exploités par EDF, toute indisponibilité ou dysfonctionnement d’un matériel  donne lieu à la pose d’un événement. En fonction de leur importance pour la sûreté, ces indisponibilités sont réparties en deux groupes :

  • les évènements de groupe 1 rassemblent les événements impliquant des hypothèses de conception importantes pour la sûreté qu’il convient de respecter en exploitation. A ces événements sont associés des stratégies de gestion du réacteur assorties de délai de mise en œuvre qu’EDF doit impérativement respecter ;
  • les événements de groupe 2 peuvent compromettre le contrôle, le diagnostic ou la conduite à suivre en cas d’anomalie. Les évènements de groupe 2 sont considérés comme moins engageant pour la sûreté du réacteur. Cependant, lorsque 5 ou plus de ces événements se cumulent, ils donnent lieu à une conduite à tenir spécifique identifiée dans les règles générales d’exploitation.

Le 22 septembre 2014, le réacteur 1 était en production : 1 évènement de groupe 1 et quatre évènements de groupe 2 étaient en cours. La détection d’une indisponibilité d’une vanne du circuit de refroidissement intermédiaire du réacteur a généré 2 nouveaux évènements de groupe 2. EDF a alors interrompu la réalisation d’activités et a accéléré la réparation de certains systèmes pour réduire le nombre d’événements de groupe 2, dans un premier temps à 5 événements puis à quatre événements.

Le 23 septembre 2014, EDF a constaté qu’un chantier présent dans un local présentant un risque de contamination par iode empêchait la fermeture de la porte du local : cet écart remettait en cause le confinement dynamique du local. Dès détection de l’écart, la porte du local a été immédiatement refermée. Cependant, cette indisponibilité génère un évènement de groupe 2 qui aurait rétroactivement dû être posé depuis le début de l’intervention. En tenant compte de cette indisponibilité, il s’avère a posteriori que le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice cumulait le 22 septembre 2014 6 évènements de groupe 2 pendant une durée de 2h30. Ce sixième événement n’ayant pas été correctement identifié, EDF n’a de facto pas respecté la conduite associée à ce cumul, à savoir le repli du réacteur en arrêt normal sur générateurs de vapeur dans un délai d’une heure.

Cet événement n’a pas eu de conséquence, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

Cependant, compte tenu de la détection tardive par l’’exploitant de cette rupture de confinement et du non-respect de la conduite à tenir associée, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie