Non-respect d'une prescription particulière des règles générales d'exploitation

Publié le 01/06/2011

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 05 mai 2011, le seuil d'apparition de l'alarme "flux neutronique élevé à l'arrêt" a été réglé trop haut par rapport au flux dans le réacteur, entraînant le non respect d'une prescription particulière des spécifications techniques d'exploitation lorsque le réacteur est en arrêt normal sur réfrigérant d'arrêt (AN/RRA).

L'exploitant doit surveiller en permanence le flux des neutrons émis par le cœur du réacteur pour pouvoir contrôler toute augmentation intempestive de puissance. Il dispose pour cela de divers moyens de mesures : les chaînes de "puissance" utilisées en fonctionnement normal, les chaînes "intermédiaires" utilisées lors du démarrage du réacteur, et les chaînes "sources" capables de mesurer de très faibles flux lorsque le réacteur est à l'arrêt.

Le seuil d'apparition de l'alarme doit être au maximum 3 fois supérieur au flux mesuré par les chaînes "sources". Or, pendant presque 5 heures, l'alarme a été réglée au-dessus de ce seuil, ce qui est contraire à une prescription particulière des spécifications techniques d'exploitation. Dans cette situation, et en cas d'accident de dilution, ce déréglage de l'alarme aurait légèrement diminué le temps laissé à l'opérateur pour traiter cet accident.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Toutefois, en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement à été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie