Indisponibilité de la fonction borication à la suite de l'utilisation d'une procédure non validée

Publié le 05/12/2008

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 juillet 2008, alors que le réacteur n°3 était en production, la mise en oeuvre d'une procédure comportant une erreur a conduit le CNPE du Tricastin à fonctionner sans ligne de borication durant 6h alors que les spécifications techniques d'exploitation précisent que le réacteur doit être replié sous 1h en pareil cas.

Pour contrôler la réaction nucléaire dans le coeur du réacteur, l'exploitant dispose de deux moyens principaux :

  • ajuster la concentration de bore dans l'eau du circuit primaire, le bore ayant la propriété d'absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire,
  • introduire les grappes de commande dans le coeur ou les en retirer ; ces grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons.

Dans le cas où l'un de ces moyens n'est pas disponible, l'exploitant doit arrêter le réacteur.

Le 20 juillet 2008, afin d'effectuer une opération de conduite, l'exploitant a rédigé une procédure mais n'a pas contrôlé sa validité dans l'outil d'aide informatique. Cette absence de contrôle n'a pas permis à l'exploitant de se rendre compte que sa procédure comportait une erreur sur la position d'une vanne, ce qui rendait indisponible l'ajustement de la concentration en bore dans le circuit primaire.

Six heures après avoir mis en oeuvre cette procédure, l'exploitant a détecté que la fonction de borication n'était pas disponible et a corrigé son erreur. Le réacteur a donc fonctionné durant six heures en écart par rapport aux spécifications techniques d'exploitation qui imposent d'arrêter le réacteur sous 1 heure lorsque la fonction de borication est indisponible

Cet incident a été initialement déclaré par EDF au niveau 0 de l'échelle INES.

Après analyse du rapport d'incident transmis par EDF, l'ASN a considéré que cet incident mettait en lumière un manque de rigueur dans l'exploitation du réacteur et a reclassé cet incident au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie