Indisponibilité de l’automatisme de fermeture de la vanne située sur la ligne d’aspiration du circuit de réfrigération de la piscine de stockage du combustible - Réacteur 2

Publié le 25/03/2016

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 17 mars 2016, l’exploitant de la centrale nucléaire du Tricastin a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité de l’automatisme de fermeture de la vanne située sur la ligne d’aspiration du système de réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur n°2 à la suite de l’isolement de l’alimentation en air de sa commande pneumatique.

Le système de réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible assure le refroidissement de la piscine de stockage du combustible. Il est constitué de deux voies comportant chacune une pompe et un échangeur. Une vanne est installée sur la ligne d’aspiration de ce système.

En 2015, une modification matérielle a été mise en œuvre sur le réacteur n°2 pour permettre la fermeture automatique de cette vanne en cas de niveau très bas de la piscine d’entreposage du combustible et stopper ainsi la vidange gravitaire de la piscine de désactivation en cas de de fuite sur le circuit du système de réfrigération. Cette modification nécessitait en particulier de modifier un circuit d’air comprimé qui commande les manœuvres d’ouverture et de fermeture de la vanne située sur la ligne d’aspiration du système de réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur n°2.

Les modifications matérielles apportées au circuit d’air comprimé auraient dû être transposées dans la totalité des documents d’exploitation du réacteur n°2 de la centrale nucléaire du Tricastin, ce qui n’a pas été totalement le cas.

En février et en mars 2016, des travaux ont été réalisés sur des équipements de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur n°2 de la centrale nucléaire du Tricastin. Certaines vannes du circuit d’air comprimé ont été manipulées à cette occasion et, faute d’une documentation à jour, ce circuit n’a pas été remis, à l’issue de ces travaux, dans une configuration qui permettait la fermeture automatique de la vanne située sur la ligne d’aspiration du système de réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur n°2 en cas de niveau très bas de la piscine d’entreposage du combustible.

La mauvaise configuration du circuit d’air comprimé a été diagnostiquée le 15 mars 2016 à l’occasion de la réalisation d’une autre manœuvre d’exploitation sur le circuit de réfrigération de la piscine de stockage du combustible. Dès détection de l’écart, le circuit d’air comprimé a été remis dans une configuration conforme.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence sur le personnel et l’environnement de l’installation.

Cependant pendant la période où la configuration du circuit d’air comprimé n’était pas correcte, EDF a procédé à des manipulations d’assemblages de combustible alors que la fermeture automatique de la vanne située sur la ligne d’aspiration du système de réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible n’était pas disponible : de telles manipulations ne sont alors pas autorisées par les règles générales d’exploitation.

En raison du non-respect des règles générales d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie