Indisponibilité d’une voie du circuit d’alimentation en eau brute du réacteur 1

Publié le 03/04/2020

Centrale nucléaire de Saint-Alban Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 19 mars 2020, EDF a détecté qu’une des deux lignes du circuit d’eau brute (SEC) du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice était indisponible depuis plusieurs heures.

Le circuit SEC assure le refroidissement des matériels importants pour la sûreté du réacteur au travers d’un circuit de refroidissement intermédiaire (RRI). Le circuit SEC est constitué de deux lignes redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs. Il fonctionne en permanence, même lorsque le réacteur est à l’arrêt, afin d’assurer, entre autres, le refroidissement de la piscine d’entreposage du combustible et des pompes primaires. Ce circuit permet également l’évacuation de la puissance résiduelle du combustible dans certaines situations post-accidentelles et lors de la mise et au maintien à l’arrêt du réacteur.

Le 4 février 2020, une maintenance a été effectuée sur le batardeau n° 2 permettant d’alimenter une  voie du circuit SEC. Au cours de cette maintenance, la chaîne de manutention de ce batardeau a été remplacée, mais par une pièce de rechange trop longue. Cet écart n’a pas été identifié lors de la remise en service car il n’empêchait pas la fermeture du batardeau.

Le 19 mars 2020, EDF a décidé de fermer le batardeau n1, initialement ouvert, pour mener des investigations sur sa manœuvrabilité et d’ouvrir à la place le batardeau n° 2 dont la chaîne, remplacée le 4 février 2020, était trop longue. En raison de cette sur-longueur, ce dernier ne s’est pas ouvert. Ainsi, les deux batardeaux d’une voie du circuit SEC sont restés fermés, rendant cette voie indisponible, sans que cette situation n’ait été identifiée par l’exploitant.

Or, les spécifications techniques d’exploitation[1] (STE) des réacteurs demandent à ce que les deux lignes du circuit SEC soient en fonctionnement lorsque le réacteur est en production.

La situation de fermeture des deux batardeaux a occasionné une alarme en salle de commande indiquant une défaillance du système de filtration de l’eau brute. A l’issue des investigations conduites sur l’origine de cette alarme, une situation conforme aux STE a été rétablie quelques heures plus tard.

La deuxième voie du circuit SEC étant restée en fonctionnement, cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes ou l’environnement. Toutefois, en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation et du délai de détection de l’écart, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires INES.

 _________________________________

[1] Recueil des modes opératoires à respecter pour la conduite des installations.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie