Indisponibilité d’un capteur de débit d’injection d’acide borique du système d’appoint en eau borée du réacteur 5

Publié le 21/03/2022

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 4 mars 2022, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité d’un capteur de débit d’injection d’acide borique du système d’appoint en eau borée du réacteur 5 de la centrale nucléaire du Bugey.

La réaction nucléaire est contrôlée par :

  • les grappes de commande, qui sont insérées ou extraites du combustible contenu dans la cuve du réacteur ;
  • le bore, qui est un élément chimique introduit dans l’eau du circuit primaire et qui a la propriété d’absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire.

Le système d’appoint en eau borée (REA) a pour fonction principale de faire l’appoint en eau et en bore du circuit primaire afin de contrôler la réaction nucléaire.

Lorsque le réacteur est à l’arrêt et refroidi par le circuit de refroidissement à l’arrêt (RRA), une prescription particulière des règles générales d’exploitation (RGE) relative à la position des grappes de commande impose l’isolement de toutes les arrivées d’eau à une concentration en bore inférieure à 2385 ppm, pour éviter la dilution du bore présent dans le circuit primaire. Le 13 février 2022, au cours du redémarrage du réacteur 5 dans le cadre de sa quatrième visite décennale, cette prescription particulière a été mise en place.

Le 15 février 2022, lors d’un essai de borication, l’exploitant a détecté une incohérence sur la valeur de débit d’injection d’acide borique retransmise par un capteur du système REA. Ce capteur entrant dans la régulation de l’injection en eau borée vers le circuit primaire, il ne pouvait plus être garanti l’absence d’arrivée d’eau à une concentration en bore inférieure à 2385 ppm imposée par la prescription particulière évoquée ci-avant.

Dès la détection de la défaillance de ce capteur, l’exploitant a stoppé l’injection d’eau par le système REA. Le capteur a ensuite été remis en conformité.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur l’installation, l’environnement, ou le personnel. Toutefois, compte tenu du non-respect d’une prescription particulière des RGE, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 21/03/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie