Franchissement de la limite de sécurité du niveau de la nappe phréatique dans la nuit du 12 au 13 décembre 2000

Publié le 12/12/2000

Monts d'Arrée EL4 D (Brennilis) Stockage et dépôt de substances radioactives - EDF

En raison des fortes pluies qui se sont abattues sur le département du Finistère ces derniers jours, le niveau de la nappe phréatique a dépassé son niveau limite de sécurité pour atteindre le niveau bas des fondations de la station de traitement des effluents (STE) de l'ancienne centrale des Monts d'Arrée.

Cette installation faisait l'objet de travaux d'assainissement dans le cadre des travaux de démantèlement de la centrale. Afin de prévenir le risque de contamination de la nappe phréatique, un système de rabattement de la nappe phréatique par pompage avait été mis en place dès mars 2000 afin de maintenir le niveau de la nappe à un niveau inférieur au niveau le plus bas des fondations de la STE, avec une marge de sécurité retenue d'environ 1,20 m.

Compte tenu de l'ampleur des intempéries qu'a connues le département du Finistère, ce système de pompage n'a pas permis de lutter efficacement contre la brusque montée des eaux de la nappe phréatique. L'alarme très haut niveau a été déclenchée le 12 décembre à 23 h 30. L'exploitant a dû mettre en service de nouvelles installations de pompage, ce qui n'a pas totalement permis de compenser la montée du niveau de la nappe, qui a dépassé de 20 cm le niveau le plus bas des fondations de la STE. Deux taches d'humidité ont été détectées au sol des pièces les plus basses de cette installation.

L'inspection effectuée le 13 décembre 2000 par l'Autorité de sûreté nucléaire a permis d'examiner en détail la chronologie des actions effectuées par l'exploitant et de vérifier que les mesures prises pour maîtriser la situation sont satisfaisantes.

Les analyses des échantillons prélevés dans la nappe phréatique ne mettent pas en évidence de radioéléments artificiels.

Depuis cet incident, le niveau de la nappe phréatique diminue progressivement mais reste encore supérieur au niveau limite de sécurité. Le chantier est maintenu en sécurité. L'Autorité de sûreté nucléaire examinera avec attention les propositions d'actions correctives et préventives issues de l'analyse de cet incident avant d'autoriser tous nouveaux travaux d'assainissement dans les sous-sols de la STE.

En raison du franchissement d'une limite de sécurité, cet incident est classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie