Détection tardive du mauvais positionnement des grappes de régulation de la puissance du réacteur

Publié le 07/07/2017

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 28 juin 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un évènement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive d’un mauvais positionnement des grappes de régulation de puissance.

Le 18 juin 2017, le réacteur n°2 fonctionne en îlotage[1] à la demande du Réseau de transport d’électricité (RTE). Une alarme en salle de commande signale aux opérateurs que les grappes de commande se trouvent en position trop basse par rapport à leur courbe de calibrage.

Les grappes de commande permettent de réguler la puissance du réacteur par un contrôle de la réaction de fission nucléaire. La position des grappes fixe la puissance du réacteur. Une insertion totale des grappes permet d’arrêter rapidement le réacteur. Conformément aux règles générales d’exploitation du réacteur, l’insertion des grappes de commande doit donc respecter certaines limites définies en fonction de la puissance thermique produite par le réacteur selon une courbe de calibrage.

Les vérifications menées à ce moment conduisent les opérateurs à conclure que ces grappes sont dans une position conforme aux règles générales d’exploitation et que l’alarme, présente en salle de commande, donne une information erronée.

Dans la nuit du 18 au 19 juin 2017, des modifications de la puissance thermique sont réalisées par les opérateurs dans le cadre du pilotage du réacteur. Cette intervention a une conséquence sur l’insertion des grappes de commande qui dépassent la limite fixée par les règles générales d’exploitation. Du fait de l’alarme déjà présente en salle de commande, cette situation n’est identifiée que le 19 juin dans la matinée lors de vérifications internes concernant les alarmes. L’exploitant a alors mis en œuvre les actions nécessaires pour remettre en conformité la position des groupes de grappes concernés.

Ces groupes de grappes sont restés insérés au-delà des limites fixées pendant environ 10 heures, alors que les règles générales d’exploitation imposent, pour une telle situation, un repli[2] du réacteur sous un délai de 1 heure.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs. Il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES en raison de la détection tardive du non-respect d’une prescription des règles générales d’exploitation.

 

[1] L'îlotage est une opération qui permet de se prémunir contre des défaillances du réseau électrique. Il consiste à isoler le réacteur du réseau électrique externe, tout en le maintenant en puissance. Il ne produit alors, par l'intermédiaire de son alternateur, que l'énergie électrique nécessaire à son fonctionnement dans un état sûr.

[2] Le repli du réacteur consiste à abaisser la pression et la température de son circuit primaire en application de ses règles générales d’exploitation.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie