Défaut de maîtrise de la divergence du réacteur n°2 lors de la phase de redémarrage

Publié le 16/10/2007

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Dimanche 23 septembre 2007, le réacteur n° 2 était en phase de redémarrage suite à un arrêt programmé pour rechargement du combustible. Une des phases de redémarrage du réacteur, appelée divergence, consiste à augmenter progressivement le flux neutronique en diluant le bore contenu dans le circuit primaire.

Le flux neutronique est suivi par calcul tous les quarts d'heure en salle de commande. En fonction des valeurs du flux neutronique, l'équipe chargée de la divergence doit diminuer progressivement le débit de dilution comme spécifié dans les procédures.

A 13h30, bien que la valeur du flux neutronique relevée nécessitait d'abaisser le débit de dilution, celui-ci n'a pas été modifié. Cet oubli a provoqué la divergence du réacteur qui est  intervenue entre 13h43 et 13h46 alors que la dilution était toujours en cours.

Le réacteur s'est stabilisé à 0,1% de la puissance nominale lors de l'arrêt de la dilution et lors de l'insertion manuelle des barres de contrôle du réacteur. En tout état de cause, si la puissance avait continué à augmenter, les systèmes de protection du réacteur réglés à 2% de la puissance nominale auraient conduit à l'arrêt automatique du réacteur.

L'Autorité de sûreté nucléaire a réalisé une inspection réactive le 03 octobre 2007 et a classé cet événement au niveau 1 de l'échelle INES en raison d'un manque de culture de sûreté.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie