Contamination de locaux suite à la fuite d’effluents radioactifs sous une enceinte de production de produit radiopharmaceutique.

Publié le 24/09/2014

Usine de production de radioéléments artificiels Fabrication ou transformation de substances radioactives - Cis-Bio

Le 10 septembre 2014, l’origine d’une fuite détectée dès le 27 juin 2014 au niveau d’un sous-sol de l’installation est identifiée sous une enceinte de production. Il s’agit du raccord entre un tuyau souple et un manchon en acier inoxydable. Le manchon avait été mis en place dans le cadre d’une réparation suite à une précédente fuite en 2012.

L’installation produit des radiopharmaceutiques à partir de radioéléments artificiels, en particulier du thallium 201. Cette production, en enceinte de confinement, génère des effluents liquides radioactifs très corrosifs qui sont évacués par des tuyaux situés sous les enceintes vers les réseaux et cuves de collecte de  l’installation. Compte tenu de l’activité de ces effluents, les parties basses des enceintes comportent des protections biologiques pour limiter l’exposition des travailleurs aux rayonnements. Leur retrait constitue une opération lourde.

La fuite a été détectée dans un sous-sol de l’installation dès le 27 juin 2014 par un agent du service de protection contre les rayonnements ionisants de l’installation. Compte tenu de la localisation des écoulements, deux enceintes de production étaient suspectées. Des investigations sous enceinte à l’aide d’un endoscope s’étant révélées infructueuses, une dépose des protections biologiques a été nécessaire. Cette dernière a été retardée pour permettre le contrôle réglementaire préalable du moyen de levage et la décroissance de l’activité sous enceinte afin de limiter l’exposition des intervenants. L’origine de la fuite n’a donc été identifiée que le 10 septembre 2014. L’enceinte a été consignée et la production suspendue. 

L’évènement a conduit à des contaminations au sous-sol et sous l’enceinte mais n’a pas eu de conséquence sur les personnes ou l’environnement.

L’ASN sera particulièrement attentive à la profondeur et à la robustesse du retour d’expérience tiré du point de vue technique, préalablement à la remise en exploitation de l’enceinte, mais également du point de vue des facteurs humains et organisationnels.

En raison de l’importance du délai entre la détection de la fuite au sous-sol et la consignation de l’enceinte et de l’insuffisance du retour d’expérience tiré du précédent évènement de même nature, cet incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie