Arrêt automatique du réacteur

Publié le 08/07/2011

Centrale nucléaire de Saint-Alban Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 7 juin 2011, alors que le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de production d’électricité du Saint-Alban était en cours de redémarrage au terme de l’arrêt pour maintenance programmée et renouvellement du combustible, l'exploitant de la centrale nucléaire a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté portant sur la mise en œuvre des systèmes de protection du réacteur, mettant le réacteur en arrêt automatique.

Les systèmes de protection du réacteur sont des systèmes de sûreté qui ont pour principales fonctions la détection de situations anormales et le déclenchement des systèmes de sauvegarde appropriés, afin d’empêcher le fonctionnement du réacteur hors des limites sures spécifiées ou de réduire les conséquences d’un franchissement intempestif de ces limites.

Le 4 juin 2011, lors d’une opération de maintenance sur une armoire électrique, une manœuvre inappropriée a entraîné une coupure électrique qui a déclenché les systèmes de protection du réacteur, conduisant à la mise en arrêt automatique du réacteur.

Le 6 juin 2011, après réparation de l’armoire électrique, la remise sous tension de cet équipement a généré une micro-coupure, qui a conduit à l’enclenchement des systèmes de protection du réacteur, mettant le réacteur en arrêt automatique.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, en raison de la répétitivité de la perte de tension sur une armoire électrique ayant conduit à la mise en œuvre des systèmes de protection du réacteur, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie