Anomalie lors d'une opération de transport de matières radioactives

Publié le 12/12/2007

Usines de fabrication de combustibles nucléaires de Romans-sur-Isère Fabrication de substances radioactives - Framatome

Le 16 novembre 2007, la présence de traces de poudre d'oxyde d'uranium (UO2) a été observée à l'usine ENUSA en Espagne à l'intérieur d'un emballage de transport, à l'arrivée d'une livraison en provenance du site FBFC de Romans/Isère.

Pour ses exportations de poudre, FBFC utilise l'emballage dit TN-UO2 constitué d'une coque métallique cylindrique, à l'intérieur de laquelle est glissé un conteneur en polyéthylène haute densité, appelé bouteillon, assurant le confinement des matières nucléaires.

Sur les 216 bouteillons livrés, ENUSA a identifié 7 bouteillons suspects du point de vue de leur aspect, c'est à dire présentant des rayures ou des éraflures. Sur l'un d'entre eux, ENUSA a détecté une légère contamination surfacique externe (11 Bq/cm2), significative d'une perte de confinement. La fuite de matière nucléaire, estimée à une dizaine de milligrammes d'uranium, est restée localisée sur le bouteillon.

Cet événement n'a pas eu de conséquence sur les personnes et sur l'environnement.

Dès qu'il a eu connaissance de l'événement, c'est à dire le 20 novembre, l'exploitant de Romans a contrôlé à nouveau l'ensemble des bouteillons en attente d'expédition sur son site.

A la suite de l'inspection menée sur le site le 28 novembre 2007, l'Autorité de sûreté nucléaire a demandé qu'un contrôle renforcé et exhaustif de l'intégrité des bouteillons soit réalisé avant leur expédition, et qu'un plan d'action soit présenté par l'exploitant pour garantir le confinement des bouteillons.

En raison de l'endommagement du confinement d'un emballage de transport, de la présence de rayures ou d'éraflures sur plusieurs autres et du caractère potentiellement générique de l'anomalie sur le parc des emballages, l'Autorité de sûreté nucléaire a décidé de classer cet événement au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie