Anomalie concernant la résistance au vent des cheminées de ventilation des bâtiments des auxiliaires nucléaires des réacteurs de Paluel

Publié le 02/03/2005

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Les résultats d'une étude menée par EDF montrent que les cheminées de ventilation des bâtiments des auxiliaires nucléaires des quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Paluel pourraient ne pas résister à des vents de plus de 138 km/h.

Le système de ventilation du bâtiment des auxiliaires nucléaires maintient dans les installations des conditions ambiantes permettant le bon fonctionnement des équipements et l'accès du personnel. L'air extrait traverse un filtre au charbon actif qui retient l'iode, puis est rejeté par la cheminée à une altitude permettant une dilution suffisante des effluents.

EDF a réalisé une vérification de la tenue au vent des cheminées des réacteurs de l'ensemble des centrales nucléaires qui a mis en évidence une fragilité sur les cheminées de plusieurs d'entre eux (voir l'avis d'incident du 26 mars 2003 http://www.asn.gouv.fr/data/evenement/2003_47_ano.asp). Un programme de mise en conformité a été engagé selon un échéancier accepté par l'Autorité de sûreté nucléaire. Il doit aboutir avant fin 2005.

La centrale nucléaire de Paluel n'avait pas été jugée prioritaire. En effet, suite à l'endommagement des cheminées des réacteurs 1 et 2 lors d'une tempête le 25 février 1990, les cheminées des quatre réacteurs avaient déjà été consolidées entre 1992 et 1993. Cependant, lorsqu'en 2004, EDF s'est de nouveau interrogé sur la résistance des cheminées des réacteurs de Paluel, il est apparu qu'elles pourraient ne pas résister à des vents de plus de 138 km/h, ce qui est insuffisant au regard des exigences de conception.

La chute d'une cheminée pourrait d'une part perturber le rejet des effluents gazeux, d'autre part endommager des matériels connectés aux tuyauteries principales d'évacuation de la vapeur et percuter le toit du bâtiment d'entreposage du combustible.

EDF s'est engagé à réaliser d'ici la fin du mois d'avril 2005 des travaux provisoires de renforcement des cheminées de Paluel et à définir les modalités de mise en conformité définitive. En attendant, la centrale nucléaire de Paluel a adapté ses procédures de conduite et son organisation afin de pouvoir faire face aux conséquences d'une éventuelle chute d'une cheminée.

Cette anomalie pouvant affecter la sûreté des réacteurs en cas de vent fort a été classée au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie