Indisponibilité du turbo-alternateur de secours à la suite d’une anomalie de montage lors d’une opération de maintenance

Publié le 20/09/2012

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le réacteur n°5 de la centrale de Gravelines est à l’arrêt pour maintenance et renouvellement d’une partie de son combustible depuis le 19 mai 2012. Le 6 septembre 2012, les opérations de redémarrage du réacteur sont en cours. EDF détecte une anomalie de montage de deux goupilles sur le turbo-alternateur de secours[1] qui peut empêcher le bon fonctionnement de celui-ci

Le 5 septembre, à l’occasion d’un essai périodique permettant de vérifier le bon fonctionnement du matériel, EDF détecte une fuite au niveau d’un couvercle de filtre du turbo-alternateur de secours. Le 6 septembre, dans le cadre de la réparation de la fuite, EDF détecte les anomalies de montage de deux goupilles.

Les remises en conformité sont réalisées le même jour.

Ces anomalies de montage sont issues des activités de maintenance réalisées sur ce matériel à l’occasion de l’arrêt de réacteur.

Cet incident n’a pas eu de conséquence sur la sûreté et l’environnement car aucun système de secours n’a été nécessaire durant cette phase de redémarrage.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.


[1] Chaque réacteur à eau sous pression est équipé de deux lignes électriques extérieures en provenance du réseau national, et de deux groupes électrogènes de secours à moteur diésel. Ces derniers, redondants, sont utilisés en cas de perte des alimentations électriques normales du réacteur. Ils permettent, dans cette situation, d'assurer le fonctionnement des systèmes de sauvegarde qui seraient mis en œuvre en cas d'accident. Pour pallier une éventuelle défaillance de ces diesels de secours, le réacteur est également équipé d'un autre groupe électrogène et d'un groupe turboalternateur de secours (LLS). A partir de la vapeur issue du générateur de vapeur, le turbo-alternateur de secours alimente, en cas de perte des alimentations électriques, plusieurs systèmes de sauvegarde dont le système assurant l’injection aux joints des pompes primaires.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014