Dépassement d’une limite de masse d’uranium faiblement enrichi - Installation nucléaire de base n°55 STAR exploitée par le CEA (site de Cadarache)

Publié le 26/10/2009

Leca et Star Utilisation de substances radioactives - CEA

Le CEA a déclaré le 25 octobre 2009 un incident à l’ASN concernant le dépassement d’une limite de masse en uranium faiblement enrichi(*) autorisée dans une cellule blindée(**) de l’installation nucléaire de base n°55, dénommée STAR et située sur le site de Cadarache.

La cellule a été utilisée de 1994 à 2006 pour conditionner une vingtaine de tonnes de combustible usé, de façon à évacuer ces matières dans un premier temps vers le site de Marcoule pour retraitement et, depuis 1997, vers l’installation CASCAD pour entreposage. La manipulation de l’uranium faiblement enrichi* dans la cellule de l’installation STAR a donné lieu à une accumulation progressive de matière sous le plan de travail. Ce phénomène de dépôt était connu de l’exploitant. Le référentiel approuvé par l’ASN fixait ainsi l’obligation pour l’exploitant de limiter la masse d’uranium en rétention dans la cellule à une valeur inférieure à 4 kg, en réalisant régulièrement les opérations de nettoyage nécessaires.

L’exploitant a mis en évidence à l’occasion de l’assainissement de la cellule que cette valeur avait été dépassée au cours de la période d’exploitation. Les premières estimations mettent en évidence un dépassement supérieur à 6 kg de la limite de masse d’uranium en rétention (estimation provisoire de 10 kg au lieu des 4 kg autorisés). La masse totale d’uranium manipulée dans la cellule est restée très inférieure à la masse pouvant donner lieu à un accident de criticité(***), qui est de l’ordre de 260 kg dans des conditions défavorables.

L’ASN considère que la masse de matière fissile manipulée doit être connue de manière précise dans les installations nucléaires. Ce non-respect du référentiel de l’installation a donc conduit l’ASN à classer l’incident au niveau 1 de l’échelle INES, qui compte 7 niveaux. Cet incident n’a pas eu de conséquence pour le personnel et pour l’environnement.

L’incident a été mis en évidence dans le cadre de la prise en compte du retour d’expérience demandé par l’ASN aux exploitants nucléaires à la suite de la déclaration récente par le CEA d’un phénomène similaire de rétention de matières plutonifères dans des équipements de l’Atelier de technologie de plutonium (site de Cadarache).


L’atelier STAR (pour Station de Traitement, d’Assainissement et de Reconditionnement) de l’installation nucléaire de base n°55 située sur le site de Cadarache a été mis en service au milieu des années 90 qui permet le traitement et le (re)conditionnement de combustibles irradiés et la réalisation d'examens sur ces combustibles.

* Cellule blindée : enceinte destinée au traitement de matières radioactives, et qui assure le confinement des matières radioactives et la protection contre les rayonnements ionisants par des parois blindées.

** Uranium faiblement enrichi : l’uranium naturel contient 0,7% d’uranium 235 (U235). Pour être utilisé dans l’industrie nucléaire, il est enrichi en U235, de façon à devenir fissile, c'est-à-dire à permettre une réaction en chaîne dans des réacteurs. L’uranium manipulé dans la cellule concernée par l’incident était faiblement enrichi (75% de la matière contenait moins de 1% d’U235, avec taux maximum relevé de 1,65%).

*** Accident de criticité : un accident de criticité désigne un accident nucléaire provoqué par une réaction nucléaire en chaîne involontaire et incontrôlée dans une matière nucléaire fissile comme de l'uranium enrichi ou du plutonium.

 

Date de la dernière mise à jour : 30/05/2014