Arrêt pour maintenance et renouvellement partiel du combustible du réacteur 4

Publié le 05/10/2020

Le réacteur 4 de la centrale nucléaire du Tricastin a été arrêté, pour maintenance et renouvellement partiel de son combustible, le 4 juillet 2020 pour atteindre à nouveau sa puissance nominale le 28 septembre 2020.

Les principales activités réalisées à l’occasion de cet arrêt et objet de contrôles de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivantes :

  • la modification des têtes de soupape de protection du circuit primaire principal[1] ;
  • le remplacement d’une portion de tuyauterie sur le circuit primaire principal ;
  • le contrôle du faisceau tubulaire des générateurs de vapeur ;
  • le contrôle d’organes de robinetterie et de tuyauteries du circuit primaire principal et des circuits secondaires principaux ;
  • la révision complète d’un des filtres à chaînes du circuit d’eau brute secourue tel que prévu tous les 8 cycles de fonctionnement ;
  • les mesures d’épaisseurs de certaines tuyauteries des circuits d’eau brute secourue et de refroidissement intermédiaire ;
  • la mise en œuvre de mesures de résorption de certains écarts de conformité ;
  • l’intégration de modifications visant à améliorer le niveau de sûreté des installations.
  • le renouvellement d’une partie du combustible.

Pendant cet arrêt, l’ASN a procédé à deux inspections inopinées, qui portaient sur le respect des exigences en matière de qualité des activités de maintenance, de sûreté, de radioprotection, de protection de l’environnement et de gestion des déchets. De plus, l’ASN a réalisé des contrôles à distance portant sur certaines opérations de maintenance réalisées sur le circuit primaire principal, les circuits secondaires principaux et sur des équipements importants pour la sûreté nucléaire.

Sept événements significatifs pour la sûreté, dont un classé au niveau 1 sur l’échelle INES, ont été déclarés à l’ASN. Ce dernier a concerné l’indisponibilité des alarmes de surveillance du flux de neutrons (consulter l’avis d’incident).

Cet arrêt a été marqué par la mise en évidence d’un corps migrant dans la cuve du réacteur lors du rechargement du combustible, ce qui a nécessité le déchargement des assemblages de combustible déjà rechargés pour l’extraire et procéder à des contrôles complémentaires. Cet aléa a fait l’objet de la déclaration d’un événement significatif pour la sûreté.

Après examen des résultats des contrôles et du bilan des travaux effectués durant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 18 septembre 2020 son accord au redémarrage du réacteur 4 de la centrale nucléaire du Tricastin.

Publié le 22/07/2020

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Indisponibilité des alarmes de surveillance du flux de neutrons

Le 10 juillet 2020, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté concernant l’indisponibilité des alarmes de surveillance du flux de neutrons du réacteur 4 de la centrale nucléaire du Tricastin. Cette déclaration a été complétée le 16 juillet 2020.

[1] Les soupapes de protection du circuit primaire principal protègent ce dernier contre d’éventuelles surpressions. La modification des têtes de soupape permet d’augmenter la capacité de décharge de celles-ci, pour améliorer la prévention de la fusion du cœur. Cette modification est issue du retour d’expérience de l’accident de la centrale de Fukushima Daiichi.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 04/07/2020

Date de redémarrage : 28/09/2020