Arrêt pour deuxième visite décennale du réacteur n° 6

Publié le 11/01/2008

Le réacteur n° 6 de la centrale nucléaire de Gravelines a été arrêté pour sa deuxième visite décennale du 31 août au 17 décembre 2007.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  1. la requalification décennale du circuit primaire principal, comprenant un important programme de contrôle des organes de robinetterie et des tuyauteries, ainsi qu'une épreuve hydraulique à un palier de 207 bars pour une pression normale de fonctionnement de 155 bars. Cette épreuve a eu lieu le 6 octobre en présence de 4 inspecteurs de l'ASN,
  2. le test d'étanchéité de l'enceinte de confinement du bâtiment réacteur, tel que prévu dans le rapport de sûreté de la centrale. L'intérieur de l'enceinte est soumis à une pression de 5 bars, supérieure à celle pouvant intervenir en cas d'accident. Le test s'accompagne d'un contrôle du génie civil,
  3. l'inspection décennale par contrôles ultrasons et tirs radiographiques de la cuve du réacteur,
  4. l'intégration d'un important lot de modifications visant à améliorer la sûreté,
  5. le contrôle des tubes des générateurs de vapeur* et le bouchage préventif d'un grand nombre de tubes présentant des défauts afin de prévenir tout risque de fuite en fonctionnement.

Un événement significatif pour la sûreté a été classé au niveau 1 de l'échelle INES. Il concerne le non respect du critère de perte de charge des lignes de décharge des accumulateurs RIS**. Ce défaut est générique et concerne la plupart des tranches 900 MW. (Lire l'avis d'incident).

Pendant cet arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 5 inspections, dont 4 inopinées (Consulter la lettre de suite d'inspection).

Les inspections ont porté sur :

  1. la réalisation de dossiers de modifications programmées au cours de l'arrêt,
  2. le contrôle, par la Machine d'Inspection en Service, de la cuve du réacteur,
  3. les examens non destructifs et les tests d'étanchéité des tubes des générateurs de vapeur,
  4. les dispositions d'assurance-qualité, la gestion des déchets et la radioprotection sur divers chantiers en zone contrôlée,
  5. le contrôle du déroulement de l'épreuve, visant à tester l'étanchéité de l'enceinte de confinement du réacteur, et de l'application des règles de sécurité durant celle-ci,
  6. l'application des mesures compensatoires liées aux dérogations utilisées au cours de l'arrêt.

L'Autorité de sûreté nucléaire estime que cet arrêt s'est correctement déroulé. Le fait marquant de cette visite décennale concerne la dégradation, lors d'une opération de manutention, de 2 des 4 colonnes thermocouples du réacteur. Ces colonnes contiennent les câbles de raccordement des capteurs de température situés à l'intérieur de la cuve. Leur remise en état a entraîné un retard important. De plus, une des colonnes a fuit lors de la montée en pression du réacteur et a nécessité une nouvelle intervention.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné, le 10 décembre 2007, son accord au redémarrage du réacteur n° 6 de la centrale nucléaire de Gravelines.

 

Les réacteurs à eau sous pression de 900MWe comportent trois générateurs de vapeur. Un générateur de vapeur est un échangeur thermique entre l'eau du circuit primaire, portée à haute température et pression élevée dans le coeur du réacteur, et l'eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine. Il comporte plusieurs milliers de tubes en forme de U.

**Les accumulateurs RIS, du système d'injection de sûreté, sont des réservoirs contenant de l'eau borée qui se vide automatiquement dans le circuit primaire si la pression de celui-ci, normalement de 155 bar, devient inférieure à 45 bar.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 31/08/2007

Date de redémarrage : 17/12/2007