Arrêt non programmé du réacteur 1

Publié le 02/06/2021

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Flamanville a été arrêté le 18 septembre 2019 à la suite de l’identification de dégradations sur les groupes électrogènes de secours à moteur diesel, qui ont fait l’objet d’une déclaration d’événement significatif classé au niveau 2 de l’échelle INES, pour être de nouveau couplé au réseau électrique le 3 mai 2021.

Les principales activités réalisées par l’exploitant à l’occasion de cet arrêt et contrôlées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivantes :

  • le déchargement et le rechargement de combustible, l’arrêt n’ayant toutefois pas donné lieu à renouvellement de tout ou partie du combustible ;
  • les opérations de remise en conformité des groupes électrogènes de secours à moteur diesel ;
  • les opérations de remise en conformité de différents matériels de la station de pompage du réacteur, altérées par l’environnement marin corrosif ;
  • la résorption d’écarts concernant l’application des programmes de maintenance préventive ;
  • le traitement de très faibles fuites sur des systèmes de sauvegarde du réacteur ;
  • la réalisation de contrôles et de maintenance sur divers autres équipements.

La durée de cet arrêt non programmé a été particulièrement longue, compte tenu des travaux d’ampleur engagés sur les générateurs de secours à moteur diesel et la station de pompage, la découverte de nombreux écarts quant à l’application des programmes de maintenance préventive ainsi que la concomitance de l’arrêt pour visite décennale du réacteur 2.

De nombreux dysfonctionnements ont en outre retardé le redémarrage du réacteur, certains d’entre eux ayant fait l’objet de déclarations d’événements significatifs à l’ASN : 39 événements significatifs pour la sûreté, dont 12 classés au niveau 1 sur l’échelle INES.

En complément des dossiers techniques qu’elle a contrôlés et des inspections thématiques qu’elle a réalisées pendant l’arrêt du réacteur, l’ASN a procédé à 3 inspections inopinées qui ont permis d’examiner l’état de la sûreté des installations pendant certains chantiers et à la suite de différents événements.

En raison de l’absence de renouvellement du combustible rechargé dans le réacteur, son redémarrage n’a pas été soumis à l’autorisation de l’ASN.  Néanmoins, celle-ci a contrôlé le caractère suffisant et adapté de l’organisation mise en œuvre par EDF pour assurer les opérations de redémarrage du réacteur et le maintien de la conformité des équipements.

Publié le 06/02/2020 à 14:31

Groupes électrogènes de secours : incident de niveau 2

EDF a déclaré, le 31 janvier 2020, un événement significatif pour la sûreté concernant des défauts de résistance au séisme de certains matériels contribuant au fonctionnement des groupes électrogènes de secours à moteur diesel (diesels de secours) de plusieurs de ses réacteurs de 1300 MWe.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 18/09/2019

Date de redémarrage : 03/05/2021