L'ASN a été informée le 15 avril 2007 de la perte d'une source radioactive de baryum 133 à l'Institut des Sciences Moléculaires, unité de recherche sous la co-tutelle de l'Université de Bordeaux 1 et du CNRS.

Publié le 05/05/2007

Institut des Sciences Moléculaires, unité de recherche sous la co-tutelle de l'Université de Bordeaux 1 et du CNRS 33000 Bordeaux

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a été informée le 15 avril 2007 de la perte d'une source radioactive de baryum 133 à l'Institut des Sciences Moléculaires, unité de recherche sous la co-tutelle de l'Université de Bordeaux 1 et du CNRS.
 
L'Institut des Sciences Moléculaires est autorisé à détenir et utiliser des sources radioactives à des fins de recherches biologiques.
 
L'Institut a acquis en 1995 une source radioactive de baryum 133, d'une activité de 333 kilo-Becquerels, qui était déjà utilisée depuis 1976. Cette source arrivant en fin de vie, il a demandé au fournisseur de la source de la récupérer. Celui-ci étant dans l'incapacité de reprendre cette source, l'Institut a demandé à l'Université de Bordeaux 1 de l'entreposer dans son local de stockage des déchets radioactifs, dans l'attente de trouver une solution définitive.
 
En 2003, l'Université de Bordeaux 1 a confié à une société extérieure l'assainissement de son local de stockage des déchets radioactifs, en vue de sa destruction. Les déchets radioactifs ont été triés et conditionnés, puis évacués vers l'ANDRA. Les sources radioactives entreposées ont été transférées dans le nouveau local de stockage des déchets radioactifs.
 
En mars 2008, un inventaire des sources radioactives stockées dans le nouveau local de stockage des déchets radioactifs de l'Université de Bordeaux 1 a été réalisé, au cours duquel l'absence de la source de baryum 133 de l'Institut des Sciences Moléculaires a été constatée.
 
La division de Bordeaux de l'ASN a demandé à l'Institut des Sciences Moléculaires d'effectuer des investigations complémentaires pour tenter de retrouver la trace de la source manquante auprès du fournisseur de cette source, de l'entreprise intervenue dans la gestion des déchets radioactifs à l'Université de Bordeaux 1, et des personnels de l'Institut.
 
L'activité actuelle de la source, compte tenu de la décroissance radioactive, est estimée à 42 kBq. Elle présente un risque d'exposition externe inférieure à la limite réglementaire pour le public. Cette source ne présente aucun intérêt en dehors de son utilisation d'origine.
 
Au titre de la perte de traçabilité des appareils et des sources, l'ASN classe cet événement au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie