Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Présentation de l'ASN

L'ASN exerce ses missions dans le respect de 4 valeurs fondamentales. La compétence, l'indépendance, la rigueur et la transparence.

Carrières et emplois

L’ASN, un service public au cœur des enjeux de sûreté nucléaire

L’ASN, autorité administrative indépendante, est chargée de contrôler la sûreté et la radioprotection des activités nucléaires civiles en France, pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l'environnement des risques liés aux activités nucléaires.

4 valeurs guident notre action : la compétence, l’indépendance, la rigueur et la transparence.

Pour mener à bien ses missions, l’ASN s’appuie sur près de 500 agents (dont 82 % de cadres) et sur une organisation décentralisée.

De nouveaux enjeux, une organisation en mouvement

Le contrôle des activités nucléaires exige un haut niveau de compétence et de rigueur. L’ASN a recours à des profils diversifiés issus des corps techniques et administratifs de l’État, des secteurs industriel, médical et de l’expertise.

Le contrôle de la sûreté s’appuie sur les compétences des ingénieurs de la filière nucléaire. L’ASN a élargi son vivier de compétences aux domaines de la santé, du droit, de l’informatique, de la communication, etc.

Les collaborateurs de l’ASN peuvent avoir le statut de fonctionnaire, de contractuel de la fonction publique ou d’agent mis à disposition.

Vieillissement des installations nucléaires, mise en service du réacteur EPR, maîtrise des doses de rayonnements en milieu médical, contrôle des sources radioactives, etc. : face à ces nouveaux enjeux, l’ASN fait évoluer ses ressources humaines. Elle a vu ses effectifs croître de près de 30 % en dix ans. Aujourd’hui l’ASN recrute de nouveaux talents pour répondre prioritairement aux besoins du contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection.

Pourquoi rejoindre les équipes de l’ASN ?

  • Pour travailler au sein d’une autorité de contrôle indépendante et reconnue
  • Parce que les jeunes cadres sont rapidement mis en situation de responsabilité
  • Pour la dimension internationale que comportent de nombreux postes
  • Pour développer ses compétences : 3 990 journées de formation dispensées en 2016 (408 agents sur 483 ont bénéficié d’une formation). En complément, les inspecteurs de l’ASN bénéficient de l’accompagnement d’inspecteurs expérimentés
  • Pour bénéficier d’une gestion des carrières qui favorise la mobilité interne

L'ASN recrute

Notre processus de recrutement vise à la meilleure adéquation possible entre les profils des candidats, leurs motivations et nos besoins. L’ASN s’engage à respecter un traitement équitable des candidatures. L’objectif poursuivi est l’intégration réussie de tout nouvel arrivant au sein de l’ASN.

Nos métiers    

Inspecteur de sûreté nucléaire  dans le domaine des « réacteurs à eau sous pression » (REP)

L’ingénieur recruté dans un pôle REP d’une division territoriale est chargé de l’inspection des installations électronucléaires pour le contrôle des règles de sûreté, du traitement technique des événements déclarés par les exploitants, de l’instruction des demandes d’autorisation ou de dérogation. Il participe à la gestion locale de crise.

Par exemple, pour le réacteur EPR de Flamanville 3, l’ingénieur peut intégrer l’équipe du siège à Montrouge qui assure l’instruction technico-administrative de l’autorisation de mise en service ou être affecté à la division concernée (Caen) pour participer au contrôle du chantier de construction du réacteur (suivi de chantier, inspections, instruction de dossiers, suivi des événements significatifs…).

Inspecteur de la sûreté nucléaire « équipements sous pression nucléaires »

L’ingénieur évalue, lors de leur fabrication, la conformité aux exigences réglementaires des équipements (cuve des réacteurs, générateurs de vapeur, vannes, tuyauteries, etc.) destinés aux centrales nucléaires. Ces équipements, particulièrement importants pour la sûreté des installations, concernent les centrales nucléaires en exploitation ou les nouveaux réacteurs en cours de construction (l’EPR de Flamanville).

Les inspections se déroulent dans les aciéries, les forges, les usines et ateliers de fabricants, et sur les chantiers de construction des installations nucléaires.

Inspecteur de la sûreté nucléaire « laboratoire, usine, déchets, démantèlement »     

L’ingénieur conduit les inspections dans les installations pour contrôler le respect des règles de sûreté. Les sites de recherche du CEA ou les réacteurs nucléaires en démantèlement (Saint Laurent-des-Eaux, Chinon) figurent parmi les sites concernés à ce jour. L’agent procède à l’analyse des événements significatifs déclarés par les exploitants, à l’instruction des demandes d’autorisation ou de dérogation, et participe à la gestion locale de crise.

Inspecteur de la radioprotection (domaines médical et industriel)

L’agent, ingénieur ou médecin, a en charge la surveillance des activités nucléaires dites « de proximité » : il s’agit des domaines médical (services hospitaliers d’imagerie médicale, cabinets de radiologie, etc.), industriel (gammagraphie, etc.) et de la recherche scientifique. Depuis plus d’un siècle, la médecine fait appel, tant pour le diagnostic que pour la thérapie, à des rayonnements ionisants. L’intérêt de ces techniques est établi ; elles contribuent toutefois à l’exposition de la population aux rayonnements. Il est donc nécessaire de s’assurer du bon fonctionnement des installations qui utilisent ces rayonnements, pour que les patients comme le personnel soient protégés. Il en va de même pour les secteurs de l’industrie, qui utilisent des sources de rayonnements ionisants (sondage sur les chantiers, traitement des propriétés des matériaux, stérilisation, etc.)

Chargé d’affaires au bureau de la sécurité et de la préparation aux situations d’urgence

L’ingénieur coordonne les inspections relatives aux plans d’urgence et pilote les moyens mis en œuvre en situation d’urgence. Il participe aux exercices nationaux de crise et à leur préparation puis élabore le retour d’expérience. Il est le référent national en appui des divisions de l’ASN pour les plans d’urgence préfectoraux relatifs au transport de substances radioactives. Il participe aux campagnes de distribution de comprimés d’iode autour des installations nucléaires.

Chargé d’affaires pour des missions transverses

Les fonctions supports sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisation générale. L’ASN dispose de services RH, communication, budget, logistique, audit et informatique qui proposent des postes aux profils variés. 

Par exemple, les juristes de l’ASN sont chargés de contribuer à l’élaboration de la réglementation en matière nucléaire, de suivre les nouvelles réglementations, d’assister les services dans les procédures contentieuses avec les exploitants, etc.

L’équipe du service « informatique et téléphonie », quant à elle, gère l’ensemble des applications et matériels numériques de l’ASN.

L'ASN recrute

Retrouvez dans cette rubrique les offres et les modalités de recrutement de l'ASN

Date de la dernière mise à jour : 19/09/2017