Usine de préparation d'hexaflorure d'uranium (Comurhex)

L'usine de préparation d'hexaflorure d'uranium Orano (Comurhex) de Pierrelatte dans la Drôme (26) était destinée en premier lieu à la transformation de l'uranium en hexafluorure (UF6) pour permettre son enrichissement ultérieur. Cette fabrication était réalisée à partir d'uranium naturel, dans la partie ICPE (Installation classée pour la protection de l'environnement) de l'installation ou à partir d'uranium de retraitement, pour la partie INB.
La structure 2450 a été mise à l'arrêt par l'exploitant en 2002. La structure 2000 a été mise à l’arrêt définitif en 2008.

Transformation de substances radioactives - Comurhex

Installion contrôlée par :

la division de Lyon

L'installation en bref

L'usine de préparation d'hexaflorure d'uranium Orano (Comurhex) de Pierrelatte dans la Drôme (26) était destinée en premier lieu à la transformation de l'uranium en hexafluorure (UF6) pour permettre son enrichissement ultérieur. Cette fabrication était réalisée à partir d'uranium naturel, dans la partie ICPE (Installation classée pour la protection de l'environnement) de l'installation ou à partir d'uranium de retraitement, pour la partie INB.

L'installation nucléaire de base (INB 105) était principalement constituée de deux ateliers :

  • la structure 2000, qui transformait le nitrate d'uranyle de retraitement en UF4 ou en U3O8 ;
  • la structure 2450, qui transformait l'UF4 (dont la teneur en isotope 235 de l'uranium est comprise entre 1 et 2,5 %) provenant de la structure 2000 en UF6. Cet UF6 était destiné à l'enrichissement de l'uranium de retraitement en vue de son recyclage en réacteur.

La structure 2450 a été mise à l'arrêt par l'exploitant en 2002. La structure 2000 a été mise à l’arrêt définitif en 2008. Le dossier de mise à l’arrêt définitif et de démantèlement de l’INB a été déposé le 6 février 2014 et complété le 5 mars 2015.

L’établissement comprend également des ICPE dont notamment :

  • un entreposage d'acide fluorhydrique anhydre (HF) (unité 61),
  • une unité de production de fluor (F2) par électrolyse de l’HF (structure 200),
  • une unité de production d'UF6 naturel à partir d’UF4 (structure 400),
  • une unité de production de trifluorure de chlore (ClF3) (structure 600), qui a été mise à l’arrêt définitif par l’exploitant en avril 2015,
  • une unité de traitement de surface (structure 800),
  • deux unités de traitement des effluents (structure 900 et structure 100E),
  • une unité de décontamination (structure 1000),
  • une unité de manutention, deux unités de recherche, un laboratoire de contrôle de la qualité, une unité de traitement des déchets, une chaufferie, une unité de production de fluides utilitaires et une salle de contrôle centralisée. 

Depuis la parution du décret du 26 avril 2012, ces ICPE sont intégrées au périmètre de l’installation nucléaire de base (INB) n°105. L’ASN se substitue au Préfet en matière de décision individuelle pour ces installations. Le fonctionnement de ces ICPE est encadré par la décision ASN CODEP-LYO-2015-024792 du 30 juin 2015.

Appréciations 2017

Le fonctionnement de l’usine de fluoration de Comurhex 1 a été marqué, en 2017, par plusieurs aléas. Plusieurs événements, sans conséquences à l’extérieur du site, ont été déclarés consécutivement à des rejets non conformes et des pertes de confinement, en particulier la dispersion sur l’installation de potasse légèrement contaminée en uranium. Conformément à la prescription de l’ASN, l’installation a définitivement arrêté sa production avant le 31 décembre 2017.

En octobre 2017, l’ASN a par ailleurs suspendu le fonctionnement de l’usine à la suite des anomalies affectant la digue protégeant le site du canal de Donzère-Mondragon. L’ASN a prescrit le renforcement des dispositifs de rideaux d’eau, visant à limiter les conséquences d’un éventuel rejet d’acide fluorhydrique gazeux, de manière à ce qu’ils soient opérationnels en cas d’inondation faisant suite à une brèche de la digue après un séisme.

Dans le même temps, l’exploitant a nettement avancé sur les essais des nouvelles unités de production de Comurhex 2, dont la production commencera en 2018 pour atteindre un niveau nominal en 2019. L’ASN sera vigilante à ce que l’exploitant tire les enseignements du fonctionnement de l’usine Comurhex 1 pour mettre en place un haut niveau de rigueur d’exploitation de l’usine Comurhex 2.

En parallèle, l’exploitant a poursuivi son programme de préparation à la mise à l’arrêt définitif des installations anciennes de l’INB 105, avant leur démantèlement. L’ASN a mis en évidence une situation insatisfaisante dans un entreposage historique de l’installation et a demandé un plan d’action pour améliorer la sûreté de cet entreposage, jusqu’à l’évacuation des matières qui y sont entreposées.

L’ASN a poursuivi le processus d’instruction du dossier de démantèlement. Le dossier a été soumis à enquête publique début 2017, et le décret de démantèlement devrait être signé en 2018.

Principales étapes réglementaires

 Création de l'INB-S

Par décision du Premier Ministre du 16 juin 1964

 Déclassement de l'INB-S en INB 105

Par décision du Premier Ministre du 10 juillet 1978

 Rapport de sûreté (RS)

30 juin 2010

 Règles générales d'exploitations

Indice E de juin 2012

 Prescriptions techniques

Mise à jour du 29 juin 1984 + 11 documents complémentaires (dernière modification le 24/05/2005)[1].

 Arrêté de rejets des effluents liquides et gazeux et de prélèvements d'eau

Arrêté du 17 août 2005

[1] complété par l’arrêté préfectoral du 23 juillet 2010 encadrant les activités ICPE de l’établissement

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018